Logements sociaux : ces villes hors-la-loi

  • A
  • A
Logements sociaux : ces villes hors-la-loi
@ REUTERS
Partagez sur :

Libération révèle le nom des communes qui ne respectent pas le quota de 20 % d'HLM.

En 2000, la loi SRU était votée. Elle imposait aux communes de plus de 3.500 habitants (1.500 en Ile-de-France) un quota de 20 % de logements sociaux, sous peine d'amende.

Aucune création d'HLM dans 351 villes

Mais dix ans après le passage de cette loi, de nombreuses communes ne respectent pas leurs engagements, comme le révèle le journal Libération dans une enquête publiée lundi. 931 villes sont concernées, ayant jusqu'en 2022 pour se remettre à niveau. Malgré cette obligation, 351 d'entres elles n'ont construit aucun HLM en 2009. La faute au manque de terrain, mais aussi à la pression des habitants, qui bloquent les projets devant les tribunaux.

La plus mauvaise élève reste la commune du Val-de-Marne de Saint-Maur-des-Fossés. La ville ne possède que 6,5 % de logement sociaux. Elle n'a réalisé que 8 % de ses objectifs de construction d'HLM, ne mettant en place que 148 projets sur les 1976 prévus entre 2002 et 2009.

Le Cannet, dans les Alpes-Maritimes, arrive deuxième, avec 7,1 % de logement sociaux, et seulement 15 % des objectifs réalisés. "C'est un objectif impossible à tenir", proteste dans le journal Daniel Segatori, le directeur général des services de la ville. "On a ici la plus forte densité de population de tout le département. Nous n'avons pas de terrain à bâtir".

Neuilly-sur-Seine pointée du doigt

Neuilly-sur-Seine arrive quatrième de ce classement des mauvais élèves, derrière Biarritz. La commune de la région parisienne est toujours la ville de France la plus pauvre en HLM, seulement 3,6 %. Et elle n'a réalisé que 23 % de ses objectifs.

Des solutions existent

Certaines villes arrivent pourtant à régler le problème, même en manquant de terrain. "Pour surmonter ce problème, nous achetons des immeubles", explique Eric Berdoati, député-maire de Saint-Cloud, dans les Hauts-de-Seine. Il faut également arriver à faire accepter aux habitants la création de nouveau HLM. "J'explique que nous en avons besoin pour loger les infirmières de notre hôpital, les personnes au service du troisième âge".

Avec cette méthode, certaines villes dépassent ainsi leurs objectifs. Béziers a ainsi construit entre 2002 et 2009 941 logements sociaux, à la place des 50 prévus. Elle est désormais composée à présent d'HLM à 18,4 %.