Logements anciens : gare au "coup de jus"

  • A
  • A
Logements anciens : gare au "coup de jus"
7 millions de logements anciens ne respectent pas les normes électriques.@ MAXPPP
Partagez sur :

Deux tiers des appartements anciens ne sont pas aux normes électriques, d'après un récent rapport.

7 millions : c'est le nombre de logements "à risque électrique", qu'a répertorié l'Observatoire national de la sécurité des installations électriques. Et parmi ces logements "à risques", plus de deux millions sont qualifiés de "dangereux".

Pour établir son bilan, l'Observatoire a pris en compte les chiffres des appartements de plus de quinze ans, vendus depuis 2009. En effet, c'est à la vente que l'on s'en rend compte de la vétusté des installations, puisqu'un diagnostic électrique est obligatoire depuis 2009.

Le tableau électrique ? Dans la salle de bain !

En général, c'est une prise de terre manquante, du matériel vétuste, un vieux disjoncteur, ou de vieilles prises de courant que l'on déplore. Mais le constat est parfois plus grave. C'est ce qu'a pu remarquer Steve, technicien chez "PAP diagnostic", avec quelque cinq visites quotidiennes au compteur. Un jour, en visitant une chambre de service, il peine à trouver le tableau de répartition électrique. Et c'est... dans la salle d'eau, juste sous la serviette de bain de l'habitant, qu'il finit par trouver le tableau vétuste. "Tous les matins, en sortant de sa douche, elle prenait sa serviette là où passait tout le courant", se souvient-il, encore abasourdi, au micro d'Europe 1.

"Tant que la télévision fonctionne"

Ces installations sont tout de même à l'origine de 80.000 incendies chaque année dont 4.000 accidents graves et une centaine de mortels. Et pour cause, les victimes n'ont que très rarement conscience du danger que représente une installation défectueuse. C'est en tout cas ce que pense Bruno Jandron de l'association "Promotelec". "Tant que l'éclairage et la télévision fonctionne, les personnes croient qu'elles sont en sécurité", regrette-t-il au micro d'Europe 1.

En moyenne, lors d'une acquisition, ce sont quelque 3.000 euros que les nouveaux propriétaires dépensent pour remettre aux normes leur habitation. Un investissement qui ne semble pas refroidir les acheteurs, puisqu'en 2011 le marché de la vente de logements anciens a atteint le nombre record de 858.200 transactions.