Logement : le (nouveau) coup de gueule de Cantona

  • A
  • A
Logement : le (nouveau) coup de gueule de Cantona
@ Maxppp
Partagez sur :

La Fondation Abbé Pierre demande aux candidats de s'engager sur le thème du logement.

"Mesdames et Messieurs les candidats à la présidentielle, faites quelque chose pour éradiquer la crise du logement en France". Cet appel de la Fondation Abbé Pierre a été publié vendredi matin dans plusieurs journaux, à savoir Le Figaro, Libération et Le Monde.

Le texte demande aux prétendants à l'Elysée de s'engager pour mettre un terme à la crise du logement. La fondation rappelle que 3,6 millions de personnes sont victimes de mal logement et qu'elles sont 10 millions à souffrir, de près ou de loin, de la crise du logement en France.

Cantona a obtenu ses signatures

Une situation dénoncée avec virulence par Éric Cantona. L'ex-star du football et la Fondation Abbé Pierre avaient fait un coup d'éclat en janvier en se lançant dans la course à la présidentielle. Il avait finalement expliquer ne pas vraiment vouloir se présenter mais seulement placer le thème du mal-logement sous les projecteurs de la campagne. Pour défendre cette cause, l'ancien footballeur avait d'ailleurs recueilli 543 parrainages de maires, alors qu'il en faut 500 pour pouvoir se présenter.

A trois semaines de la présidentielle, la Fondation Abbé Pierre remet la question sur le tapis. "Pendant seulement quelques jours, on a parlé de ce problème", constate Éric Cantona. Mais "aujourd'hui, plus personne n'en parle", or "c'est un sujet essentiel pour les Français, et on l'oublie un peu", a-t-il déploré.

Six candidats engagés

L'ex-footballeur a cependant souligné que six candidats à la présidentielle - Eva Joly, Jacques Cheminade, François Bayrou, François Hollande, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou - ont quand même signé le "Contrat social pour une nouvelle politique du Logement", rédigé par la Fondation.

Le Contrat social prévoit notamment de produire environ 500.000 logements par an, dont au moins 150.000 logements sociaux, de "réguler les prix et maîtriser le coût du logement", une "politique de prévention des expulsions" et que soient imposés aux communes 25% de logements sociaux.

"Sanctionner" Sarkozy

"J'ai envie de faire confiance à ceux qui ont signé. C'est comme une parole donnée. Est-ce qu'ils la respecteront ? On l'espère", a-t-il commenté. Éric Cantona regrette que Nicolas Sarkozy n'ait pas signé la pétition. "Quand on voit que 87 % des Français sont préoccupés par le thème du logement, ça devrait être le sujet essentiel sur lequel on va débattre. Ça fait beaucoup 87%. En même temps, on se demande celui qui ne l'a pas signé, est ce que ces 87% vont voter pour lui ? Ces gens là, il faut qu'ils sanctionnent Nicolas Sarkozy, qui n'a pas envie de défendre le thème essentiel du logement", estime l'ex-footballeur.

Il appelle également "les citoyens à signer massivement la pétition 'Mobilisation générale pour le Logement', comme 150.000 personnes l'ont déjà fait". La lettre ouverte est signée également de tous les parrains de la Fondation, dont Agnès b., Marek Halter, Nolwenn Leroy.