Liliane Bettencourt entendue par un juge

  • A
  • A
Liliane Bettencourt entendue par un juge
@ REUTERS
Partagez sur :

L'héritière de l'Oréal a été auditionnée dans l'enquête sur les abus de faiblesse.

Pour la première fois, Liliane Bettencourt a été entendue comme partie civile par le juge d'instruction bordelais Jean-Michel Gentil, en charge de l'enquête sur les abus de faiblesse. L'héritière de l'Oréal a été auditionnée, le 19 janvier, à son domicile de Neuilly-sur-Seine, pendant près d'une heure, selon RTL.

"Quand elle se souvenait, elle l'a dit"

Le juge d'instruction a interrogé Liliane Bettencourt sur ses souvenirs des dons et opérations financières réalisés entre septembre 2006 et septembre 2011. "Quand elle se souvenait, elle l'a dit et quand elle n'avait aucun souvenir, elle l'a dit aussi", a indiqué Me Ducos-Ader, l'avocat désigné par son tuteur, Olivier Pelat, pour assister la milliardaire lors de cette audition. Pour l'avocat, il est évident" que le juge voulait aussi se rendre compte de l'état de santé de Liliane Bettencourt, depuis son placement en tutelle, le 17 octobre.

Une première audition

Le magistrat Jean-Michel Gentil avait souhaité entendre la milliardaire à plusieurs reprises l'an dernier, mais elle avait chaque fois indiqué ne pas pouvoir se rendre à Bordeaux, en raison de problèmes physiques. Le 7 juin 2010, il s'était rendu lui-même au domicile de la milliardaire, accompagné de plusieurs médecins afin de lui faire subir plusieurs expertises. Leur rapport avait conclu à une "démence mixte" et "une maladie d'Alzheimer à un stade modérément sévère", avec "un processus dégénératif cérébral lent".

Ces conclusions ont abouti, d'une part à l'ouverture en septembre d'une information judiciaire sur les abus de faiblesse dont Liliane Bettencourt aurait pu être victime de la part de son entourage depuis septembre 2006. D'autre part, les conclusions de l'expertise ont abouti à la mise sous tutelle de Liliane Bettencourt, par un juge de Courbevoie.