Lies Hebbadj déféré au parquet

  • A
  • A
Lies Hebbadj déféré au parquet
@ REUTERS
Partagez sur :

L'homme aux multiples maîtresses passera devant un juge d'instruction dimanche après-midi.

Lies Hebbadj, le compagnon de la femme verbalisée en avril pour conduite avec un niqab à Nantes, va être déféré devant le parquet dimanche après-midi, selon le procureur de Nantes. Le juge d'instruction devant lequel il va être présenté décidera alors des poursuites qui pourraient être engagées contre lui.

Lies Hebbadj a fait l'objet dimanche matin d'une longue confrontation dans les locaux de la police judiciaire de Nantes avec Nina Gomez, son ex-compagne qui a porté plainte pour viol et violences. Cette Française convertie à l'Islam est arrivée en milieu de matinée, voilée en noir de la tête aux pied, un chapelet à la main. "C'est une affaire privée", a déclaré cette dernière à son arrivée.

48 heures de garde à vue

Lies Hebbadj avait été placé en garde à vue par la police judiciaire nantaise samedi soir. "L'enquête préliminaire qui porte sur des faits qui se seraient produits entre 2003 et 2007, a été confiée à la police judiciaire de Nantes", a précisé samedi le procureur de la République de Nantes, Xavier Ronsin.

Son avocate, Cécile de Oliveira, a dénoncé cette garde à vue au micro d'Europe 1.

"Cette garde à vue est instrumentalisée par le monde politique" :

Un homme aux multiples maîtresses

Le 9 juin dernier, à l'issue d'une première garde à vue, Lies Hebbadj, soupçonné de polygamie, a été mis en examen pour fraudes aux aides sociales, escroqueries ou encore travail dissimulé. Le commerçant, qui vit à Rezé, près de Nantes, a été placé sous le feu des projecteurs fin avril en plein débat sur l'interdiction du voile intégral, quand l'une de ses concubines a décidé de contester une contravention pour avoir conduit en niqab.

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, avait demandé que le commerçant soit déchu de sa nationalité française en évoquant des soupçons de polygamie, de fraude aux aides sociales, voire même de violences conjugales.