Licencié pour ne pas avoir coupé l'eau

  • A
  • A
Licencié pour ne pas avoir coupé l'eau
Employé chez Veolia depuis 20 ans, il refusait de couper l'eau à des personnes défavorisées.
Partagez sur :

Employé chez Veolia depuis 20 ans, il refusait de couper l'eau à des personnes défavorisées.

L'info. Un employé de Veolia Eau à Avignon a été licencié début avril pour avoir refusé depuis 2006 de couper l'eau aux domiciles de personnes qu'il estimait défavorisées. Sa direction estimait de son côté qu'il s'agissait de mauvais payeurs. Le salarié licencié, qui dit ne rien regretter, a décidé d'engager une procédure devant le conseil des prud'hommes, a indiqué la CGT mercredi.

Une lettre de licenciement. Marc, 48 ans dont 20 chez Veolia, le premier opérateur des services de l'eau en France, a reçu une lettre de licenciement datée du 4 avril 2013. Son employeur lui reproche son "refus de mettre en oeuvre les fermetures de branchements faisant suite au non-paiement de facture".

"On ne choisit pas ses tâches". Depuis 2006, le salarié récalcitrant avait fait l'objet de plusieurs rappels de consigne, et des entretiens de conciliation avec la direction avaient été organisés. "Sur sa fiche de poste, il y a cette mission (de coupure de branchements) et nous sommes une société avec des règles, on ne choisit pas les tâches qu'on a envie d'effectuer", a indiqué le responsable Véolia pour le secteur Gard-Lozère-Alpes-Provence, Bruno Challoin. Ses refus de couper l'approvisionnement en eau nuisaient à l'organisation du travail, selon Veolia, et d'autres agents devaient procéder aux coupures non effectuées.

"J'ai vu des gens qui n'avaient rien". Depuis 2006, l'employé refusait en effet de procéder aux coupures du compteur d'eau de familles qui ne s'acquittaient plus de leurs factures et qu'il jugeait défavorisées. "J'ai vu des gens qui n'avaient rien chez eux, avec des enfants, et qui me demandaient de ne pas couper l'eau, de leur laisser un peu de temps pour se retourner. Ça peut arriver à tout le monde. Il faut faire un choix, nourrir ses enfants ou payer toutes ses factures", explique Marc sur Europe 1. "Ces grosses sociétés qui empochent de l'argent et redistribuent aux actionnaires sans préserver les clients et leurs employés, c'est scandaleux", dénonce-t-il encore.

"Psychologiquement, il se refusait à couper l'eau. Il préférait négocier avec les familles et leur conseillait de voir avec Veolia" pour épurer leurs dettes, explique le secrétaire général de la CGT du Vaucluse, Thierry Lapoirie. Selon ce responsable syndical, environ un millier de familles auraient été concernées par ces coupures non effectuées entre 2006 et 2013.

"Des mauvais payeurs". Ces "coupures concernent des personnes mauvais payeurs", et non des foyers en difficultés, affirme de son côté Bruno Challoin, le responsable local de Veolia. "Les personnes défavorisées relèvent des services sociaux (qui) prennent en charge tout ou partie" des factures impayées comme le prévoit la loi, a-t-il ajouté.