Libéré, le docteur Muller sera rejugé

  • A
  • A
Libéré, le docteur Muller sera rejugé
Le docteur Muller à sa sortie de prison, en compagnie de l'un de ses avocats, Thierry Moser.@ MAXPPP
Partagez sur :

La cour de cassation a annulé sa condamnation à 20 ans de réclusion pour le meurtre de sa femme.

Le docteur Jean-Louis Muller a été libéré mercredi soir de la prison de Mulhouse, dans le Haut-Rhin, après que la cour de cassation a annulé dans l’après-midi sa condamnation. Il est sorti de la prison à pied, accompagné de l'un de ses avocats, Me Pierre Schultz.

"C'est une sacrée belle satisfaction pour nous, ses avocats. La décision a été cassée ce qui veut dire que M. Muller peut sortir de prison dès aujourd'hui", s'était félicité un peu plus tôt Me Thierry Moser, l'un de ses trois avocats.

L'affaire Muller, un cas d’école

Ce médecin légiste de 55 ans avait été condamné le 23 juin 2010 en première instance par la cour d'assises du Haut-Rhin à 20 ans de réclusion pour le meurtre de sa femme. Cette condamnation avait été confirmée par la cour d’appel de Colmar.

Le docteur Muller avait été reconnu coupable d'avoir tué d'une balle dans la tête sa femme, le 8 novembre 1999, dans la maison du couple à Ingwiller, dans le Bas-Rhin.

L'ancien médecin légiste a toujours affirmé que sa femme s'était suicidée, en vain : les parties civiles et l'accusation ont martelé qu’il s’agissait d’un meurtre, maquillé en suicide. Lors de son prochain procès, le médecin avait gardé le silence afin d’obtenir une reconstitution de la mort de sa femme.

Vers un nouveau procès

La Cour de cassation a annulé mercredi cette dernière condamnation, ouvrant la voie à un troisième procès, qui sera organisé devant la cour d'assises de Meurthe-et-Moselle.

Le docteur Muller, qui avait comparu libre à ses deux procès, était incarcéré depuis le 25 juin 2010. En 2001, il avait été placé en détention provisoire pendant cinq mois avant d'être remis en liberté jusqu'à son premier procès en 2008. Il avait ensuite été incarcéré brièvement durant trois semaines après sa première condamnation.