Les vols d'électricité en augmentation

  • A
  • A
Les vols d'électricité en augmentation
@ MAXPPP
Partagez sur :

ENQUETE - Alors que les coupures pour impayés augmentent, certains foyers resquillent.

Les agents EDF l'appellent la technique de la "bidouille" : une petit tige d'aluminium glissée dans le compteur coupé par ERDF, et le courant repart. En 2011, ERDF a coupé l'électricité à 500.000 foyers, pour cause d'impayés. Parmi eux, certains ont été tentés de rétablir frauduleusement la lumière chez eux. Depuis le début de l'année, la société qui gère le réseau d'électricité est ainsi contrainte de multiplier les plaintes.

"Il faut bien continuer à vivre et sans électricité c'est difficile"

Il y a encore six mois, ERDF ne déposait que quelques plaintes chaque semaine. Désormais, elles se comptent par dizaines chaque jour. A chaque fois, le scénario est le même : un consommateur a trafiqué son compteur pour voler de l'électricité. "Ce qui semble ressortir des plaintes, c'est que ce sont des personnes dont le courant a été coupé pour non-paiement des sommes dues et qui se rebranchent malgré tout derrière, parce qu'il faut bien continuer à vivre. Et sans électricité, c'est relativement difficile", explique à Europe 1 un procureur en poste dans le sud de la France.

De son côté, ERDF refuse de communiquer sur cette tendance. Mais sur le terrain, les agents confirment la multiplication de ces "bidouilles". Avec l'hiver rigoureux que la France vient de subir, cette pratique dangereuse et interdite s'est répandue. "On peut, a minima, constater qu'il y a 20 à 30% d'usagers qui se rétablissent eux-mêmes", assure Olivier Fégueu, de la CGT Energie.

Tolérance zéro chez ERDF

Et si les risques d'incendie sont extrêmement élevés avec ces pratiques, le risque judiciaire n'est, lui aussi, pas négligeable. Chez ERDF, c'est la tolérance zéro : dès qu'un vol avéré d'électricité est découvert, une plainte est déposée. Le voleur risque alors jusqu'à trois ans de prison.