Les très chers vœux de la RATP

  • A
  • A
Les très chers vœux de la RATP
@ REUTERS
Partagez sur :

Pour la CGT, contactée par Europe1.fr, le demi-million dépensé fait partie d’un "contexte".

Trois fois le coût, par invité, de la garden-party de l’Elysée. Pour entamer l’année 2012, le PDG de la RATP Pierre Mongin a vu les choses en grand : l’entreprise publique consacrera  470.000 euros hors taxe aux vœux de son président, selon les informations de Libération. Soit 276 euros par invité, c’est-à-dire près de trois fois plus que la garden-party de l’Elysée en 2009, qui avait coûté 732.000 euros pour 7.500 invités (plus de 100 euros par personne). La RATP, sollicitée par Europe1.fr, n’a pas confirmé ces informations pour le moment.

"Sous Idrac, les voeux coûtaient 2 M d'euros"

De son côté, la CGT-RATP a souhaité "remettre ces chiffres dans leur contexte". "Depuis l’arrivée de Pierre Mongin, l’organisation des vœux a changé", a expliqué son secrétaire général Jacques Eliez à Europe1.fr. "Avant il y avait des vœux organisés dans les 11 départements de l’entreprise", alors que maintenant, c’est centralisé. La -seule- cérémonie est en effet organisée le 3 janvier prochain dans un site de la RATP à Championnet, dans le 18e arrondissement de Paris. "Sous Anne-Marie Idrac [l’ex-PDG de la RATP], les vœux de nouvelle année coûtaient 2 millions d’euros", ajoute le syndicaliste.

"Une opération de com' parmi tant d'autres"

A travers le coût du nouvel an de la RATP, la CGT fustige "une opération de com’ parmi tant d’autres". Et de citer la communication interne de l’entreprise publique, pléthorique, à coup de forums, de colloques, et notamment le "rassemblement de tous les cadres de la RATP au CNIT de la Défense, en mai dernier". Par exemple, la bande grise qui va bientôt décorer les bus franciliens coûte "plus d’un million d’euros", et le déménagement de cadres de la RATP, dû à une restructuration, "5 millions d’euros".

La RATP a fait 180 millions d’euros de bénéfices cette année. Mais pourtant, 700 postes ont été supprimés, et les tarifs ont à nouveau augmenté, au 1er juillet 2011.