Les "salariés-parents" ne se sentent pas aidés

  • A
  • A
Les "salariés-parents" ne se sentent pas aidés
Partagez sur :

Selon un sondage, beaucoup de parents estiment avoir du mal à concilier enfants et emploi.

Les trois quarts (76%) des "salariés-parents" jugent que leur employeur "ne fait pas beaucoup de choses" pour les aider à concilier vies familiale et professionnelle, et se disent très préoccupés par la question des rythmes scolaires, selon un sondage publié vendredi. Alors que 93% des parents interrogés jugent que l'équilibre entre vie professionnelle et vie familiale est un sujet de préoccupation "important", ils sont de plus nombreux à s'estimer mal écoutés au sein de leur entreprise (45%, +2 points par rapport à 2012), selon ce baromètre de l'Observatoire de la parentalité en entreprise pour l'Union nationale des associations familiales (Unaf).

Une large majorité (76%) estime que leur entreprise "ne fait pas beaucoup de choses" pour les aider et 66% pensent la même chose de leur supérieur hiérarchique. C'est dans les entreprises de moins de dix salariés que les parents jugent le plus positivement l'action de leur employeur: 83% des personnes interrogées sont satisfaites de l'équilibre trouvé entre vie familiale et professionnelle.

Paradoxalement, la satisfaction globale concernant la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale est stable à 76%. Comme en 2012, les attentes principales des salariés-parents concernent des questions d'organisation du travail. D'autres attentes sont croissantes, comme l'aménagement des congés parentaux et de paternité (19 %, +4 points depuis 2009).

Sondage effectué par internet du 21 février au 2 mars, auprès d'un échantillon de 1.000 salariés ayant des enfants de moins de 25 ans au foyer. Echantillon représentatif des salariés résidant en France métropolitaine (méthode des quotas).