Les salariés du siège toulousain du voyagiste Fram, qui va enregistrer de lourdes pertes en 2011, ont déclenché mardi un mouvement de grève pour protester contre la suppression partielle d'une prime, a-t-on appris de sources concordantes.

Depuis la création de l'entreprise en 1949, Fram n'avait connu qu'un débrayage de 2 heures en 2008. La grève devait se poursuivre mercredi.Fram a expliqué avoir annoncé dans un premier temps la suppression de la "prime variable de gratification annuelle", qui correspond à un mois de salaire environ, puis l'entreprise a proposé lundi au personnel de l'entité tour-operator (315 personnes) de préserver 50% de cette enveloppe.

"C'est la crise qui a frappé les destinations arabes (Maroc, Tunisie, Egypte, ndlr), soit 45% de notre activité", qui a motivé la décision", a déclaré à l'AFP le président du directoire de Fram, Antoine Cachin. Il s'attend à de "lourdes pertes" pour 2011, après avoir déjà perdu 5,9 millions en 2010.