Les retraités tirent la sonnette d'alarme

  • A
  • A
Les retraités tirent la sonnette d'alarme
Des retraités ont manifesté jeudi dans une centaine de villes en France pour protester contre le report de la réforme de la dépendance et les mesures gouvernementales de réduction des déficits publics.@ Maxppp
Partagez sur :

Ils sont des milliers à avoir manifesté jeudi pour dénoncer la baisse de leur pouvoir d'achat.

Signe d'un profond malaise chez les retraités, ils sont plusieurs milliers à avoir défilé jeudi dans une centaine de villes en France pour dénoncer le report de la réforme de la dépendance et la baisse de leur pouvoir d'achat.

Des pensions de retraite trop faibles

Les retraités s'inquiètent d'abord des mesures anti-déficit annoncées par le gouvernement en août dernier, notamment la hausse des mutuelles liée au doublement de la taxation des complémentaires. Une augmentation qui va peser sur leur pouvoir d'achat, déjà dégradé. "Sur les 15 millions de retraités, 1,5 million touche des basses pensions. Ces personnes commencent à ne pas se soigner, ne pas prendre de mutuelle", a mis en garde Michel Devacht, secrétaire général de l'UCR-CFDT.

Les séniors réclament donc une revalorisation des pensions de retraite. La dernière en avril dernier, 2,1%, est jugée par insuffisante par l'intersyndicale au regard de l'inflation. Celle-ci exige donc une augmentation significative des retraites en particulier pour les basses pensions, un minimum de pension au niveau du SMIC, ainsi qu'une nouvelle modalité d'indexation des pensions basée sur l'évolution des salaires et non plus sur celle des prix.

"A force de pressions sur les retraités, certains d'entre eux rentrent dans la catégorie des pauvres au sens de l'Insee", s'est alarmé à ce propos le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault, présent aux côtés des manifestants à Saint-Etienne. Et les retraités descendus dans la rue ont exprimé leur inquiétude. "On n'arrive plus à vivre. C'est très dur", a expliqué à Bordeaux une ancienne femme de ménage de 64 ans qui dit vivre seule avec 600 euros par mois. "J'ai pris ma retraite il y a 20 ans, et j'ai l'impression que mon pouvoir d'achat n'a cessé de se réduire", a raconté un autre retraité qui vit à 74 ans avec 1.500 euros pour lui et son épouse.

Urgence sur la question de la dépendance

Autre raison de mécontentement : la décision du gouvernement de reporter à 2012 la réforme du financement de la perte d'autonomie. Leur revendication phare : une grande réforme de la prise en charge des personnes en perte d'autonomie, quels que soient l'âge et le handicap.

"Depuis cinq ans, le gouvernement promet de s'attaquer au problème de la perte d'autonomie, or rien n'est fait. On a bien compris que ce serait reporté après la présidentielle, or il est urgent d'agir", a prévenu Jean-Paul Tripogney, secrétaire général de l'Unsa-retraités. Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a regretté jeudi que Nicolas Sarkozy n'ait "pas tenu" sa "promesse" de mettre en place la réforme du financement de la perte d'autonomie.

Soutien des socialistes

A noter que les manifestants ont reçu le soutien des socialistes, qui dans un communiqué, ont rappelé leur attachement à la retraite à 60 ans, et ont dénoncé la situation des Français au chômage et en fin de droits qui ne peuvent accéder à la retraite.

Un sujet sur lequel les candidats à la primaire PS avaient largement débattu mercredi soir, laissant entrapercevoir quelques nuances. Tout en prévenant qu'il faudra augmenter "la durée de cotisation" des retraites lorsque "l'espérance de vie s'allongera", François Hollande, le favori des sondages, a rappelé qu'"une des premières décisions qu'il faudra prendre" en 2012, sera, que ceux qui ont commencé à travailler tôt et qui ont "41 années ou 41,5 années de cotisations" puissent "pouvoir partir à 60 ans", comme le prévoit le projet socialiste.

Martine Aubry a quant à elle souhaité que "ceux qui ont commencé à travailler tôt (...) (puissent) partir à taux plein à 60 ans", alors que Ségolène Royal et Arnaud Montebourg ont promis un rétablissement de la retraite à 60 ans.