Les prisons pour mineurs critiquées

  • A
  • A
Les prisons pour mineurs critiquées
L'Etablissement pour mineur d'Orvault près de Nantes.@ MAXPPP
Partagez sur :

Un rapport sénatorial publié mercredi préconise des "réajustements indispensables".

Quelles conditions d’accueil pour les quelque 700 mineurs incarcérés toutes structures confondues au 1er janvier 2011 ? Un rapport sénatorial sur "l'enfermement des mineurs délinquants" rendu public mercredi s’est penché sur la question. Ses conclusions sont mitigées.

Le rapport se révèle ainsi très critique sur les Etablissements pénitentiaires pour mineurs (EPM). Gérés conjointement par la Protection judiciaire de la jeunesse et l'administration pénitentiaire, les EPM sont conçus pour que le temps de détention de mineurs condamnés "soit entièrement dédié au réapprentissage des principes fondamentaux de la vie en société et à leur réinsertion".

Les EPM, "une expérience encore inaboutie"

Or, d’après le rapport des sénateurs Jean-Claude Peyronnet (PS) et François Pillet (UMP), les EPM sont mal répartis sur le territoire et les bâtiments mal conçus. "Il semble que le nombre de violences soit encore plus fort en EPM qu'en quartiers mineurs", tandis que le fonctionnement du "binôme" éducateur/surveillant souffre de "l'indétermination relative du rôle de chacun".

Les rapporteurs disent s'être "longuement interrogés sur l'intérêt de poursuivre l'expérience des EPM" avant de conclure qu’il faut, en fait, "redonner ses chances à une expérience encore inaboutie".

Les Centres éducatifs fermés (CEF), sur lesquels se sont également penchés les sénateurs, reçoivent, en revanche, un relatif satisfecit. Le dispositif mérite ainsi, selon les sénateurs, d'être "conservé et étendu". Le rapport s’inquiète toutefois de la modification du cahier des charges des CEF sur laquelle planche le gouvernement visant à y accueillir des mineurs "primodélinquants". Pour les sénateurs, les CEF doivent, en effet, "continuer à prendre en charge prioritairement" des multirécidivistes.