Les premiers aveux de Kameneff

  • A
  • A
Les premiers aveux de Kameneff
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le fondateur de L'Ecole en bateau a dit "je reconnais tout" face à l'une des victimes.

Coup de théâtre dans le procès de l'école en bateau. Leonide Kameneff, le fondateur de l'Ecole en bateau accusé d'avoir violé, pendant près de 30 ans, plusieurs des enfants qui avaient embarqué à bord du Karrek Ven, est passé partiellement aux aveux. Des déclarations qui constituent une véritable révolution dans son attitude puisque le principal accusé avait nié jusqu'alors tous les faits et ce pendant 18 ans.

>> A lire - Les jeux sexuels du Karreck Ven

"Je prends tout en bloc". Après une semaine de dépositions poignantes des parties civiles, la cour a entendu le dernier témoignage, poignant, d’une des victimes. Un jeune homme brisé, dont le récit a fait craquer Léonide Kameneff : "Je prends tout en bloc. Je ressens la très grande souffrance de Fabien, sa détresse et sa culpabilité et je voudrais l'en décharger, je reconnais tout ce qu'il a dit", a-t-il déclaré.

Jusqu'ici flou, montrant simplement de la compassion envers ses victimes présumées, Léonide Kameneff a changé totalement de posture. Si le fondateur de l'École en bateau n'a reconnu les faits que pour un seul garçon, c'est tout son système de défense basé sur une idéologie de liberté sexuelle qui s'est effondrée.

"La frontière n'est pas très nette". Tout au long procès, l'ancien psychothérapeute, aujourd'hui âgé de 76 ans, a été poussé dans ses retranchements par les interrogations du président et les témoignages de ses anciens élèves. "J'étais peut-être de l'autre côté de la ligne sans m'en rendre compte", avait-il reconnu au lendemain de l'ouverture du procès. "Que j'ai eu des gestes répréhensibles, certainement, mais ce n'est pas de l'attirance pédophilique", avait-il commencé à reconnaître.

>> A lire - Karrek Ven : "Kameneff était Dieu le Père"

"Tu te laisses faire". Et pour cause, de nombreux témoignages sont venus incriminer le fondateur de l'École en bateau. "Ça se passait la nuit. Ils vous tombaient dessus. Toi, t'as 11 ans, tu sais pas comment réagir, tu te laisses faire et de toute façon on t'explique que c'est bien pour toi. Tu vois que les autres le font aussi, donc tu le fais", expliquait au premier jour du procès une des victimes du fondateur de l'école.

Une école pour cacher ses pratiques ? Le 8 mars dernier, c'est un témoin inattendu qui avait fait le déplacement du sud de la France vers Paris pour souligner les penchant pédophile de Léonide Kameneef bien avant le lancement de l'École en bateau. "Il y avait aussi la volonté de pouvoir avoir à disposition des enfants, je pense que ce type de relation qu'il avait besoin d'avoir avec les enfants occupait toute sa vie et tout s'est organisé autour de ça avec une idéologie qui permettait ensuite de le justifier", commentait l'homme devenu aujourd'hui pédopsychiatre.

>> A lire - Karrek Ven : un témoin inattendu