Les portiques écotaxe sous haute surveillance

  • A
  • A
Les portiques écotaxe sous haute surveillance
@ MAX PPP
Partagez sur :

Un cinquième portique est parti en fumée dimanche et le mouvement pourrait s'étendre au-delà de la Bretagne.

L'INFO. Les manifestants ont filmé eux-mêmes la scène : un cinquième portique écotaxe s'est effondré dimanche après-midi à Lanrodec, dans les Côtes d'Armor. Cette fois encore, les bonnets rouges bretons y ont mis le feu.

>> Le portique de Lanrodec part en fumée :

Chaque portique coûte plus de 500.000 euros, et pourtant les leaders du collectif pour l'emploi, assument ces destructions. "Le portique, c'est un symbole et on ira jusqu'à bout" prévient lundi, au micro d'Europe 1, Thierry Mérette, représentant des Syndicats d’exploitants agricoles dans le Finistère.  Alors faut-il démonter au plus vite les neuf portiques bretons qui sont toujours debout ? Pour l'heure, l'Etat est sur les dents et toutes les structures restantes sont désormais sous la surveillance permanente des forces de l'ordre.

>> Mise à jour, lundi, 11h50  : Le préfet de Bretagne, Patrick Strzoda, va convier tous les "acteurs économiques et sociaux" de la région, dont des représentants de la manifestation de Quimper, en vue d'une réunion sur le "Pacte d'avenir pour la Bretagne" mercredi à Rennes.

Un mouvement qui s'étend ? Les autorités regardent avec attention toutes ces actions anti-écotaxe en Bretagne, comme ailleurs. Car des voyants commencent à s'allumer dans d'autres régions. Dans le Nord, une borne écotaxe a été partiellement brulée samedi près d'Avesnes-sur-Helpe et des poids-lourds ont mené une opération escargot dans la région de Lyon.

04.11-portique1

© MAXPPP

Que fait l’État ? Dans l'entourage du ministère de l'Intérieur, on se montre très prudent. Tout est fait cependant pour éviter de nouveaux incendies. Il reste neuf portiques écotaxe en Bretagne. Ils sont tous surveillés par les forces de l'ordre, notamment cinq d'entre eux qui ont fait l'objet de menaces directes. Problème : si une centaine de manifestants débarquent pour y mettre le feu, comme ça a été le cas dimanche à Lanrodec, quelques dizaines de gendarmes ne peuvent pas faire grand chose, reconnaît un conseiller de Manuel Valls : "on ne va pas risquer d'aller à l'affrontement et d'avoir des blessés". C'est donc maintenant à la société Ecomouv, propriétaire de ces installations, de démonter ses portiques pour éviter de nouveaux incidents.

04.11-portique.2

© MAXPPP

Les radars, autre cible des opposants ? Autre problème en Bretagne, celui des radars incendiés. Six sont ainsi partis en fumée en l'espace d'une semaine dans le Morbihan. Pour le moment, rien ne prouve que ces actes soient l'œuvre des opposants à l'écotaxe. Il reste cependant difficile de ne pas y voir une autre façon de s'en prendre aux symboles de l’État et à la fiscalité.


sur le même sujet

L'INFO - Un nouveau portique écotaxe détruit
ZOOM - Bretagne : le dialogue après la rue
INTERVIEW - Le Foll se refuse à parler de suppression
MOBILISATION - 15.000 manifestants à Quimper