Les normes françaises, un "excès de zèle" ?

  • A
  • A
Les normes françaises, un "excès de zèle" ?
Philippe Eliakim@ DR
Partagez sur :

VOTRE CHOIX D’ACTU DU 4 AVRIL – 400.000 normes règlent les moindres détails de notre vie quotidienne.

Chaque jour avec "Votre choix d’actu", Europe 1 vous propose de définir un thème qui sera approfondi dans Europe midi – Votre Journal animé par Wendy Bouchard.

Dès 9h, rendez-vous sur la page d’accueil d’Europe1.fr pour voter. Vous pouvez le retrouver sur www.europe1.fr/Info/Votrechoixdactu

>>> Vendredi 4 avril, vous avez été 72% à faire "Votre choix d’actu"  sur le sort d’un artisan de l’Hérault. Fabriquant de chevaux à bascule, il racontait ce matin au micro de Walid Berrissoul qu’après avoir été inspecté par un fonctionnaire de la protection des populations, il allait être obligé de fermer boutique. En effet, les roues de ces chevaux ne seraient pas aux normes et régler cette situation lui coûterait trop cher.

L’exemple de l’industrie du bois. Philippe Eliakim, rédacteur en chef adjoint de Capital, a écrit un livre sur le sujet, Enquête sur ces normes qui nous tyrannisent, aux Editions Robert Laffont. Dans Europe midi – Votre journal, il a expliqué que ce genre de situation était courante, surtout dans l’industrie du bois. Des normes ont été mises en place en Europe pour limiter la présence de poussières de bois, dangereuses et cancérigènes. Le taux limite est de 0,5mg en Europe, et 0,1mg en France. Ironisant sur le fait "qu’en France, on veut toujours faire mieux", Philippe Eliakim souligne que l’achat d’extracteurs de poussière plus puissants pour respecter ces normes entraîne un coût supplémentaire. "Le résultat c’est qu’on est obligé de payer plus cher, on perd en compétitivité" remarque-t-il.

L’industrie du bois n’est pas la seule concernée : "c’est comme ça pour tout, partout dans notre industrie" relève Philippe Eliakim. Il cite par exemple les normes antisismiques imposées à des villes qui ne sont pas exposées à ce risque.



Les normes françaises : un "excès de zèle" ?par Europe1fr

Plus de normes = plus de sécurité ? PourPhilippe Eliakim, la réponse est claire "non, tout le monde le sait !" Et le journaliste de citer l’exemple de l’Île de Ré, où, après le passage de la tempête Xynthia en 2010, une partie de l’Île est passée en zone inondable. "Une ligne a été tracée au hasard, sans tenir compte des digues présentes", assure Philippe Eliakim. Résultat : "l’économie de cette zone risque de s’effondrer". Fataliste, il ajoute qu’en "France, on croit toujours qu’on est  les meilleurs, on veut en faire plus et on va au-delà du raisonnable".

Des normes étonnantes. Grammage de la purée dans les cantines, surfaces des cafétérias dans les piscines publiques, lumière dans les corridors d’hôtels : tout est contrôlé et normé. Il est même demandé à ce que les pirogues qui emmènent les enfants à l’école en Guyane soient équipées de ceintures de sécurité.



Exemples de normes étonnantespar Europe1fr

Philippe Eliakim rappelle que ces normes viennent rarement de Bruxelles : "on dit toujours que ça vient de Bruxelles, ce n’est pas vrai". Affirmant que la France "fait des excès de zèle", il réclame "un peu d’oxygène" en matière de normes.