Les loyers étudiants (aussi) en hausse

  • A
  • A
Les loyers étudiants (aussi) en hausse
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un baromètre publié mercredi montre une tendance générale à la hausse dans les principales villes étudiantes.

En annonçant, il y a dix jours, une augmentation du coût de la vie étudiante de 3,7%, l'UNEF a presque vu juste, rien que pour le loyer. Principal poste de dépense d'un étudiant - la moitié de son budget annuel - les logements n'ont pas échappé à la hausse, en 2012.

Pour la quatrième année consécutive, Location-etudiant.fr a dressé le baromètre des loyers dans les principales villes étudiantes du pays en comparant la moyenne des loyers constatée sur 16.500 annonces publiées sur son site en août 2011 et 2012, dans 14 villes étudiantes françaises.

Paris et Toulouse s'enflamment

Sans surprise, Paris arrive en tête des plus chères, et de loin. Déjà largement au-dessus des autres sur le prix moyens d'un T1 (673 euros, +3,86% sur un an) la capitale se distingue sur les F2 en étant la seule à dépasser la barre symbolique des mille euros (1.121 euros, +12,32%). L'encadrement des loyers, entré en vigueur le 1er août, permettra-t-il de résorber ces hausses ?

Pour les studios, Toulouse est le champion de la hausse, avec un bond de 11,90% entre 2011 et 2012. Nice (+5,98%), Montpellier (+4,67%), Nantes (+4,35%) ou Marseille (+3,13%) enregistrent également des hausses sur les T1.

Evolution du prix moyen des T1 entre 2009 et 2012 :

t1, prix moyen

© CAPTURE INFOGRAM

Lille s'effondre sur les F2

Concernant les F2, Toulouse et Nice sont les villes qui prennent le plus de valeur, par rapport à 2011. Dans la Ville rose, le loyer moyen a pris 50 euros sur un an (de 532 à 581 euros, +9,21%), tandis que celui de Nice a subi une hausse moyenne de 60 euros (de 721 à 783 euros, +8,60%).

Si dans l'ensemble toutes connaissent une hausse supérieure à 2%, deux grandes villes voient leurs prix chuter fortement : Lyon (-4,28%), et surtout Lille (-12,80%), dont le prix moyen a quasiment baissé de 100 euros.

Seule ville à résister aux fluctuations immobilières, Poitiers a enregistré des hausses de 14 euros sur le loyer moyen d'un T1 en quatre ans, et 35 sur un F2. La "capitale" de la région Poitou-Charentes est ainsi la ville étudiante la moins chère de France.