Les lacunes de l’école primaire
© MAXPPP

L’Institut Montaigne propose de réduire les vacances d’été pour rehausser le niveau des élèves.

D’habitude épargnée contrairement au collège et au lycée, c’est au tour de l’école primaire d’être pointée du doigt par un rapport. Selon l'Institut Montaigne, un cercle de réflexion libéral, le niveau moyen des écoliers se dégrade et l'école aggrave les inégalités sociales.

Le rapport de l’Institut Montaigne rappelle que "quatre écoliers sur dix, soit environ 300.000 élèves, sortent du CM2 avec de graves lacunes" en lecture, écriture et calcul, selon les chiffres cités du Haut Conseil pour l'éducation en 2007. "Malgré de nombreuses interventions législatives et tentatives de réformes ces dernières années, le niveau moyen des écoliers français continue de se dégrader", estime l'Institut Montaigne.

Les inégalités

En outre, "l'école aggrave l'inégalité des chances", dénonce le rapport, pour qui "la proportion d'élèves en retard à l'entrée en sixième se situe bien au-delà de la moyenne pour les enfants d'employés, d'ouvriers et d'inactifs". Un quart des élèves décrochent avant leurs 10 ans, selon le rapport. Et l’écart moyen entre les enfants de cadres et d’ouvriers augmente déjà entre le CE2 et la sixième.

"Notre école est sélective, très inégalitaire, finalement peu attentive aux plus faibles. Le risque le plus grave pour notre société, c’est qu’une partie des Français ne croient plus à l’école", explique le sociologue de l’éducation François Dubet auditionné par les auteurs du rapport

Le rythme scolaire

Pour expliquer les lacunes de l’école primaire, l'Institut Montaigne déplore des "programmes scolaires trop lourds" et des rythmes inadaptés aux enfants. En France l'année scolaire est "la plus courte d'Europe" avec 140 jours d'école, contre 200 en Italie et au Danemark ou 188 en Finlande. Et en même temps la plus longue en terme d’heures de cours : 913 heures de cours contre 634 en Allemagne ou 608 en Finlande. Les journées sont donc très chargées et les enfants fatigués.

Les propositions

L'Intitut Montaigne formule 13 propositions parmi lesquelles la réduction des congés estivaux d'au moins deux semaines. Une piste plébiscitée par les Français selon un sondage publié dans France-Soir, et envisagée par le gouvernement pour aménager les rythmes scolaires. Concernant l’aménagement du temps de travail, l’institut propose de réduire le nombre d'heures travaillées par jour et de revenir à la semaine de cinq jours.

Il préconise de mettre en place un "véritable statut" pour les directeurs d'école et de professionnaliser leur recrutement. Autres propositions : réduire drastiquement le redoublement, clarifier l'organisation des cycles d'apprentissage entre maternelle et école élémentaire, ou encore "mettre en place un dispositif incitatif" pour les candidats au professorat des écoles.