Les homos vont pouvoir donner leur sang

  • A
  • A
Les homos vont pouvoir donner leur sang
La ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé réfléchir à la prochaine autorisation de donner leur sang pour les homosexuels.
Partagez sur :

 Marisol Touraine a annoncé la possibilité d'autoriser prochainement les homosexuels à donner leur sang.

Cette décision était attendue de longue date, notamment par les associations de lutte contre les discriminations et le Défenseur des droits Dominique Baudis. Les hommes homosexuels devraient bientôt pouvoir donner leur sang alors que ça leur est interdit jusqu'à présent, a annoncé mercredi Marisol Touraine, la ministre de la Santé et des Affaires sociales, à la veille de la 9e journée mondiale des donneurs de sang.

Le risque, l'unique critère

"On peut et on doit revoir cette politique", a annoncé Marisol Touraine après avoir elle-même donné son sang "pour montrer l'exemple" en cette Journée mondiale du don du sang dans un centre parisien de l'Etablissement français du sang.

Certes "la sécurité doit être assurée, il n'est pas question de prendre le moindre risque en terme de transfusion, mais le critère ne peut pas être la nature des relations sexuelles ou l'inclination sexuelle", a déclaré la ministre de la Santé. Selon elle, "le seul critère" qui compte est celui du "risque".

Or, si l'orientation sexuelle ne constitue pas en soi un "facteur de risque", Marisol Touraine estime en revanche que "la multiplicité des relations et des partenaires" en est un. La ministre a expliqué être" en train de travailler sur cette question". Elle pense que la situation peut évoluer "dans les mois qui viennent".

Une pénurie de donneurs

La justification apportée jusqu'à présent par les précédents gouvernements et des épistémiologistes était la plus grande prévalence du virus du Sida dans la communauté homosexuelle. Les précédents ministres de la Santé, Xavier Bertrand et Roselyne Bachelot avaient pourtant promis d'ouvrir le don du sang aux homosexuels sans jamais concrétiser ces vœux. Alors que la France manque chaque année de donneurs : ils sont 4% de volontaires alors que 6% seraient nécessaires pour faire face à la pénurie de sang.         

Notons que dans certains pays, le don du sang est ouvert aux homosexuels sous certaines conditions. Comme en Australie, au Royaume-Uni et en Suède par exemple, où il ne faut cependant pas avoir eu de relation homosexuelle pendant un an. Et si les deux derniers réfléchissent également à une révision de cette discrimination, en Espagne et en Italie les homosexuels sont déjà autorisés à donner librement leur sang.