Les Hell's Angels sévissent en France ?

  • A
  • A
Les Hell's Angels sévissent en France ?
@ Reuters
Partagez sur :

ZOOM - Ces amoureux des Harley sont dans le collimateur des autorités qui dénoncent des dérives.

Avec leurs tatouages, leurs cheveux longs, leurs motos vrombissantes et leurs vestes en cuir ornées d’attributs virils, ils véhiculent une image plutôt folklorique. Mais, les Hell's Angels, cette frange particulière des bikers, sont de plus en plus surveillés par les autorités. Quinze d’entre eux ont été interpellés samedi dernier dernier à Bordeaux pour des affaires en lien notamment avec un trafic de cocaïne, des ports d'armes, des vols et des violences. L’occasion de s'intéresser à l’implantation des Hell's Angels en France.

Qui sont-ils ? Créé au Etats-Unis, le mouvement des Hell's Angels a vu le jour en 1948. Ses membres, "les anges de l’enfer", se présentent comme une association de passionnés des mythiques motos Harley Davidson. Mais, derrière cette façade innocente d’amoureux de la moto, les Hell's Angels sont régulièrement mis en cause dans des activités illégales telles que le trafic d’armes, le trafic de stupéfiants ou l’extorsion de fonds.

Comment sont-ils organisés ? Réunis en "chapitre", sorte de franchise de la maison-mère, les Hell's Angels se rassemblent lors d’évènement dédiés à la moto. Ils optent pour un mode de vie clanique basé sur la solidarité et le respect entre motards. "Officiellement, ce sont des statuts loi 1901", relève mercredi le criminologue Etienne Codron dans un entretien au journal Sud Ouest. "Officieusement, on est face à des organisations de type mafieux", précise-t-il.

30.01_bikers-hells-angels_r

Combien sont-ils en France ? Les Hell's Angels sont arrivés en France au milieu des années 1970 avant la création du premier chapitre à Paris en avril 1981. On estime aujourd’hui leur nombre à 400 en France avec des implantations locales à Orléans, Toulouse, Nîmes, Avignon, Marseille, Fréjus, Colmar et Perpignan.

Quel est leur objectif ? Dans une note datant de juin dernier, le Service d’information, de renseignement et d’analyse stratégique sur la criminalité organisée (Sirasco) évoquait "les pressions accrues" des Hell's Angels pour augmenter leur emprise en France, "tant sur les organisations rivales", comme les Bandidos ou les Outlaws que sur les "clubs classiques non criminalisés". Avec, en toile de fond, cet objectif : "maîtriser les territoires qui permettront le développement d’activités criminelles, telles que les extorsions, les trafics de véhicules ou les trafics de stupéfiants".

30.01_bikers-hells-angels_ok

Quelle est leur stratégie ? Dans sa note, le Sirasco fait état de deux types de méthode employées par les Hell's Angels pour parvenir à leurs fins. La première consiste à noyauter les associations de bikers, sous le prétexte de défendre les intérêts des passionnés de motos. La seconde, beaucoup plus violente, se matérialise par des agressions de personnes ou des destructions de biens.

Des incidents de plus en plus en nombreux. Cette logique d’extension du territoire est à l’origine de plusieurs incidents ces dernières années. Dans l’ouest, un proche des Bandidos, une bande rivale des Hell's Angels, avaient ainsi été agressé à coup de marteau à Nantes en septembre 2011. En 2010, deux Hell's Angels de Toulouse avaient eux été condamnés à douze ans de prison pour avoir frappé à mort, quatre ans plus tôt, un membre d’un club de motard de la région. Ces épisodes illustrent la violence de certains gangs, bien loin de l’image tranquille des bikers faisant la route cheveux au vent.