Les Français jugent la police

  • A
  • A
Les Français jugent la police
La défiance semble plus grande chez les jeunes, les urbains et les habitants de quartiers populaires.@ MAXPPP
Partagez sur :

Selon cette étude, le divorce avec les forces de l’ordre reste marqué dans les cités.

En France, les jeunes, les chômeurs et les habitants des quartiers populaires ont davantage de défiance à l’égard des forces de l’ordre. Pour près d'un Français sur deux, la police est efficace, quand un quart pense l'inverse. C’est la conclusion d’une étude de l’Observatoire de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) ainsi que l’Insee, menée auprès de 17.000 personnes, rendue publique mardi par le journal Le Monde.

2011 mieux que 2009. Rien qu’en 2011, 43,7% des Français jugent "efficace" et 2,7% "très efficace" l'action de la police et de la gendarmerie. Face à ces 46,4% d'opinions positives, un gros quart (26,4%) considère les forces de l'ordre "peu ou pas efficace du tout".  Ce chiffre varie peu au fil des ans, le plus bas niveau de confiance ayant été enregistré en 2009 (45% d'opinion positive). Sur une période allant de 2007 à 2011, 46,5% jugent police et gendarmerie "efficace". Tandis que 28% estiment l'inverse.

Les habitants des cités critiques. La défiance semble plus grande chez les jeunes, les urbains et les habitants de quartiers populaires. Ainsi, un tiers des moins de 25 ans sont critiques, tout comme 41,3% des résidants de HLM et 51% des habitants de zones urbaines sensibles (ZUS). Trois autres catégories, fragiles, répondent pour un tiers "pas ou peu efficace": les chômeurs (34,2%), les familles monoparentales (34,5%), ou à très faibles revenus (32,7%). 

Les victimes très critiques. Autre catégorie critique, les victimes de vols et/ou de violences (entre 44% et 48% d'avis défavorables aux forces de l'ordre). Plus grave : ils sont 60% de mécontents dans les cas de détériorations de voitures et 64% quand ils constatent des problèmes de drogue près de chez eux.

Mais ce chiffres ne prennent en compte que le ressenti de la population. "Dès l’instant où une population, dans certains quartiers, voit se dérouler sous leurs yeux du trafic de stupéfiants, c’est ça qui va leur faire dire que la police est inefficace, explique Christophe Soulez, de l’Observatoire de la délinquance, interrogé par Europe 1. Ils ne vont pas nécessairement voir, le travail d’enquête qui peut se dérouler de façon très discrète", nuance-t-il.

PACA et Nord-Pas-de-Calais les plus mécontents. L’étude confirme également qu’il y a une vraie fracture entre l’Ouest, globalement satisfait des forces de l’ordre et l’Est, très critique, vis-à-vis de la police. La carte du satisfecit recoupe d’ailleurs, pour partie, la carte du vote Front national. Les deux régions qui trouvent l’action de  la police "peu efficace ou pas efficace du tout" sont le Nord-Pas-de-Calais (34,3%) ainsi que Provence-Alpes-Côte-d’Azur (34,2%) contre seulement 19,7% pour La Bretagne, Basse-Normandie, Pays-de-la-Loire.

Une présence suffisante. En marge de l'étude, un "zoom" sur la "présence" des forces de l'ordre dans le quartier ou le village, entre 2007 et 2011, est mentionné. Près de 46% la déclarent "suffisante", plus de 20% insuffisante. 11% la trouvent "inexistante alors qu'elle serait nécessaire" et 16% "inexistante alors qu'elle n'est pas nécessaire". Au total, ce sont donc près de 65% des Français qui "ne jugent pas insuffisante" la présence de la police ou de la gendarmerie.