Les ex-Lejaby récoltent 50.000 euros

  • A
  • A
Les ex-Lejaby récoltent 50.000 euros
Partagez sur :

L'appel aux dons lancé sur Facebook devrait permettre aux "Atelières" d'ouvrir un nouvel espace.

L'atelier des anciennes employées de Lejaby va bien voir le jour. L'appel au don lancé il y a deux mois sur Facebook a porté ses fruits. Près de 50.000 euros ont été récoltés. Des dons qui permettront aux anciennes ouvrières du fabricant de lingerie de créer dès le mois d'octobre leur propre atelier de façonnage de lingerie et de maillots de bain haute-couture.

La moitié du chemin parcouru

"Les petits ruisseaux font les grandes rivières.  Chaque soutien comptera. Les donateurs seront des bienfaiteurs qui pourront  suivre la création puis la vie de l’atelier", pouvait-on lire sur la page Facebook des anciennes couturières. Depuis la publication de ce message, la moitié de la somme nécessaire pour ouvrir un atelier a été récoltée.

Mais Muriel Pernin, actuellement à la tête de l'agence de communication Cités Plume, se montre très confiante pour récupérer les 50.000 euros restants. Certains donateurs se montrent d'ailleurs très généreux. "La  majorité des dons se situent entre 10 et 20 euros, mais nous avons également eu  des dons de 1.000 euros", se réjouit Muriel Pernin, ajoutant que "tous les  donneurs, peu importe leur profil, ont en commun l'intérêt pour l'industrie et le savoir-faire français".

Miser sur la filière du luxe

Et c'est bien sur l'aspect "made in France" que les "Atelières" comptent miser. "Au vu des circonstances actuelles, le luxe est le seul secteur où l'on peut se positionner pour avoir des chances de réussite. Aujourd'hui, nous avons déjà plusieurs marques de luxe qui sont intéressées par notre projet, on avance donc sereinement", commente Muriel Pernin, interrogée par Le Figaro.fr.

En complément des financements des pouvoirs publics, un partenariat a été signé entre Alain Prost et les collaborateurs qui ont repris Lejaby. Pour Alain Prost, "il y a un vrai marché à conquérir dans la lingerie haut-de-gamme, qui est pour l'instant quasiment inexistant en France. Nous avons déjà lancé Lejaby Couture, dont les articles seront fabriqués dans l'Hexagone, mais nous avons besoin de partenaires comme Mme Pernin pour développer ce marché."

Une fois la totalité des fonds collectés, les anciennes de Lejaby devraient installer leurs équipes dans de nouveaux ateliers, situés dans la banlieue lyonnaise.