Les étudiants privés de stages

  • A
  • A
Les étudiants privés de stages
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un récent décret les empêche d’effectuer des stages volontaires. Une erreur d'interprétation ?

Obtenir une convention de stage n’est plus aussi simple qu’auparavant. Depuis le 1er septembre, un décret interdit les stages "qui ne font pas partie d'un cursus pédagogique", afin de limiter les abus en la matière. En conséquence, depuis le début de l’année, les présidents d’universités refusent de délivrer des conventions à nombre d'étudiants qui ont ainsi vu des stages leur échapper.

Une erreur d’interprétation du décret ?

Un problème d’interprétation serait à l’origine du cafouillage. C’est en tout cas ce qu’explique la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse. Elle "a été saisie par plusieurs étudiants qui se sont vu refuser par certaines universités le conventionnement des stages qu'ils souhaitaient faire pour compléter leur formation, et ce, au prétexte que ces stages étaient facultatifs. Ces universités s'appuieraient sur le décret (...) qui interdit les stages hors cursus, pour interdire tout stage qui ne figurerait pas comme obligatoire dans les maquettes de diplôme", a expliqué Luc Chatel, ministre de l’Education nationale.

Pour le ministre, "il s'agit d'une interprétation erronée des textes et l'application de ces textes ne doit en aucun cas conduire à restreindre l'accès aux stages des étudiants volontaires, qui ont vraiment besoin de ces stages pour élargir leurs compétences et pour approfondir leur formation". Ce décret "vise à mettre fin aux abus d’employeurs, qui recruteraient en stage des jeunes diplômés sortis de l’université, ainsi qu’aux pratiques de certaines organismes établissant des contrats de travail sous l’appellation de stage", précise Valérie Pécresse.

Pour exemple, "une étudiante en anglais qui veut par exemple faire un stage dans un cabinet d'avocats doit pouvoir le faire. Mais si un étudiant est diplômé et que l'entreprise préfère un stage à un CDD, ce qui est un emploi déguisé, et pousse l'étudiant à se réinscrire en fac pour obtenir une convention, ça il ne faut pas l'accepter", détaille le ministère.

Une rectification en cours

La ministre a déjà détaillé dans une lettre au président de la Conférence des présidents d'universités, Lionel Collet, la "bonne" interprétation du décret. Et une circulaire ministérielle va être adoptée "le plus tôt possible" pour bien préciser l'interprétation à avoir.

En réaction aux refus des universités de délivrer des conventions de stage depuis septembre, un groupe s'est constitué sur le réseau social Facebook, intitulé "Touche pas à mon stage !". Il compte 3.778 membres. Un site internet du même nom a également été créé.