Les écoles croulent sous les affaires oubliées

  • A
  • A
Les écoles croulent sous les affaires oubliées
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les enfants étourdis oublient 1.000 tonnes de vêtements - soit 1 milliard d'euros - chaque année.

Un maillot de bain oublié dans le vestiaire, une écharpe abandonnée sur un porte-manteau, un gant orphelin dans la cour de récréation... Les petites têtes blondes sont aussi parfois des têtes de linotte. Selon une étude menée par Scoléo, révélée par Le Parisien lundi, les enfants oublient chaque année mille tonnes d'affaires à l'école.

51 à 97 euros  par enfant chaque année

Numéro un au classement : les chaussures de sport. Puis viennent les petites fournitures scolaires, comme les cahiers, les règles, les équerres, les stylos. Plus embêtant pour les enfants, certains oublient ou perdent leurs lunettes ou leur carte de transport. En moyenne, chaque élève ou étudiant perd entre 51 et 97 euros d'affaires chaque année, selon les estimations de Scoléo. Au total, cela représente pas moins de 1 milliard d'euros de matériel.

Scoléo a en fait demandé à 700 établissements - écoles primaires, collèges, lycées et post-bac - de comptabiliser le nombre et le type d'affaires oubliées. A partir des données fournies par les 548 écoles qui ont répondu, l'entreprise a calculé le manque à gagner, en fonction des prix moyens. Puis les chiffres "ont été extrapolés aux 15 millions d'élèves et d'étudiants", indique Laurent Lescure, le porte-parole de Scoléo.

"Quand les beaux jours arrivent, c’est la catastrophe"

Dans une école primaire de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, la directrice accroche à la fin de chaque trimestre tous les vêtements oubliés sur un portant, bien en vue pour que les parents viennent les récupérer. Des affaires essentiellement retrouvées dans la cour de récréation : "quand les beaux jours arrivent, c’est la catastrophe. Les enfants se déshabillent dès la récréation du matin pour être à l’aise et jouer tranquillement. Et ils oublient tout, sur les barrières, autour des plantes… ", explique la directrice sur Europe 1.

En cette fin d’année scolaire, une quarantaine de blousons et autres gilets attendent leur propriétaire. Et si ces derniers ne se manifestent pas, les vêtements seront donnés à des associations du quartier.

Le petit Sacha reconnaît oublier ou perdre régulièrement ses affaires dans la cour. "Quand la cloche sonne, je n’ai pas le temps d’aller récupérer mon gilet. Alors parfois je le perds", confie-t-il sur Europe 1. Mais les parents sont aussi parfois à blâmer. Fuzia , la mère de Sacha, admet qu’elle peut mettre plusieurs jours à s’apercevoir que son fils a égaré un vêtement. "Il part avec un gilet ou un blouson et il revient en manches courtes. Mais quand je le récupère à 16h30, avec le cartable, les sacs, je ne vois pas forcément qu’il lui manque quelque chose", concède-t-elle.

Les petits ne reconnaissent pas leurs affaires

Pour les plus petits, les enseignants expliquent également qu'ils ont plus de mal à reconnaître leurs affaires. "En maternelle, un enfant n'a pas conscience qu'il est propriétaire d'un vêtement", assure Laurent Lescure.