Les "défaillances" de nos centrales

  • A
  • A
Les "défaillances" de nos centrales
@ MAX PPP
Partagez sur :

Cette fois, les critiques proviennent de l’UE, qui ne préconise cependant pas de fermeture.

Toutes les centrales, sans exception, sont concernées. Selon les contrôlés pratiqués par l’Union européenne, les 58 réacteurs nucléaires d’EDF installés en France présente des défaillances, peut-on lire dans un rapport dans Le Figarodévoile des éléments lundi soir. Europe1.fr vous résume les enjeux de ce document.

Comment a été fait le diagnostic ?  Des tests de résistance, déclenchés après la catastrophe de Fukushima au Japon, ont été menés pendant un an sur l’ensemble du parc européen de centrales. Dont les 58 réacteurs français. Pour quatre centrales, des experts européens du Groupe des régulateurs européens dans le domaine de la sûreté nucléaire se sont déplacés en personne. "Nos contrôles de sécurité ont été stricts, sérieux et menés en toute transparence. Ils ont permis de révéler ce qui allait bien et là où il fallait apporter des améliorations", a résumé le commissaire à l'Energie Gunther Oettinger.

>> Nucléaire, "filière d'avenir" à quel prix ?

Quelle est la conclusion pour la France ? Toutes les centrales de l’Hexagone connaissant des manquements au niveau de leur sécurité, qu’il s’agisse d’un manque d’instruments pour prendre en compte la menace sismique ou de lacunes au niveau des équipements de secours. Il faudra donc engager des travaux mais « aucune fermeture n’est préconisée par Bruxelles", affirme Le Figaro. "Je ne peux pas parler pour tous les pays, mais pour la France, le coût de ces investissements sera de l'ordre de 100 à 200 millions d'euros par centrale", avait annoncé un des représentants européens, le Français Philippe Jamet, lors d'une audition en juin devant le Parlement européen.

fessenheim nucléaire 930x620

© MaxPPP

 Et Fessenheim dans le lot ? La plus vieille centrale française, cible des écologistes de très longue date et promise à la fermeture par François Hollande, n’est finalement pas "la pire". Elle "présente moins de mauvais points dans le tableau récapitulatif du document européen" que certaines de ses consoeurs, celles de Chooz ou de Cattenom par exemple, liste le quotidien.

>> La transition écologique selon Hollande 

L’UE peut-elle obliger la France à agir ? "La Commission européenne peut faire des recommandations, mais elles sont non contraignantes", a tenu à rappeler la porte-parole du commissaire à l’Energie.