Les centres de rétention sont-ils vides ?

  • A
  • A
Les centres de rétention sont-ils vides ?
Pour Nadine Morano, "les centres de rétention administrative sont maintenant quasi-inoccupés".@ MaxPPP
Partagez sur :

FACT CHECKING – Nadine Morano affirme que l’Etat ne traque plus les sans-papiers.

Le contexte. Au moment où l'UMP se déchire pour choisir son nouveau président, l'ancienne ministre Nadine Morano a décidé, pour sa part, de monter au créneau pour dénoncer la politique gouvernementale en matière de lutte contre l'immigration clandestine. Selon elle, les 24 centres de rétention admininistrative de France, où sont placés en garde à vue les étrangers sans-papiers, sont déserts alors qu'il y avait 50.000 sans-papiers dans ces établissements l'an dernier. 

La phrase. "Les centres de rétention administrative sont maintenant quasi-inoccupés", a estimé l'ancienne ministre Nadine Morano sur Canal+. "Vous avez de toute manière des sans papiers qui se retrouvent à errer dans les rues, et malheureusement, cela créé des problèmes d’insécurité graves", a-telle ajouté.

>> Peut-on affirmer que l’Etat ne traque plus les sans-papiers ? Laurent Guimier s'est penché sur cette question :

 

Y a-t-il moins de clandestins dans les centres de rétention ? OUI, et ce, pour une raison simple : depuis le mois de juillet dernier, la réglementation sur la traque des sans-papiers a été profondément modifiée. L'Europe interdit désormais de mettre en garde à vue un étranger au seul motif qu'il est sans-papiers. Pour le mettre en garde à vue dans un centre de rétention, la police doit trouver un autre délit. Au final, il y a donc moins de clandestins qu'auparavant dans les centres de rétention de sans-papiers.

Peut-on pour autant dire que les centres de rétention sont vides ? NON, comme l’illustre prosaïquement la récente évasion de sept sans papiers du centre de rétention de Vincennes, ces établissements ne sont pas vides. Toutefois, l'exemple du centre de Coquelles, dans le Pas-de-Calais, montre sur un an une baisse de 44% du nombre d'étrangers retenus : ils étaient 79 en août dernier contre 141 l'année dernière.

Quelle est la situation à la fin du mois de novembre ? Il est impossible de le dire. Le secrétariat général de l’immigration et l’intégration, au ministère de l’Intérieur, assure ne pas avoir de chiffres au plan national. Toutefois, le ministère, les syndicats de police et les associations de défense des sans papiers confirment tous que les centres ne sont pas "quasi-inoccupés" comme l’affirme Nadine Morano. De plus, la nouvelle réglementation préparée par Manuel Valls sur les sans-papiers devrait avoir pour corollaire un nouveau remplissage des centres de rétentions.

>> A LIRE AUSSI : Sans-papiers : la régularisation clarifiée