Les cendres du général Bigeard au Vietnam

  • A
  • A
Les cendres du général Bigeard au Vietnam
@ MAX PPP
Partagez sur :

Après ses obsèques, lundi à Toul, ses cendres seront dispersées au-dessus de Dien Bien Phu.

C’est à Toul, sa ville natale et là où il résidait en Meurthe-et-Moselle, qu’auront lieu lundi après-midi les obsèques du général Marcel Bigeard, décédé vendredi à l’âge de 94 ans. De nombreuses personnalités politiques devraient faire le déplacement pour saluer cette figure de l’armée française, connue pour son franc-parler.

La mémoire de Dien Bien Phu

Personnalité à part durant sa carrière, le général Bigeard avait fait savoir que sa dernière volonté était de voir ses cendres dispersées au-dessus de Dien Bien Phu, au Vietnam, là où il avait été fait prisonnier à l'issue de la bataille qui avait mis fin à la présence française en Indochine en mai 1954. Il souhaitait ainsi "rejoindre ses camarades tombés au combat".

Située dans une petite plaine au nord-est du Tonkin, à 20 km de la frontière du Laos et 80 km de la frontière chinoise, la cuvette de Dien Bien Phu a été le théâtre de la plus terrible des batailles de la guerre d'Indochine. Environ 4.000 soldats français et près de 10.000 combattants du Viêt-minh y ont trouvé la mort.

Les questions autour de l'Algérie

Sur Europe 1, le réalisateur Pierre Schoendoerffer avait raconté son expérience à Dien Bien Phu aux côtés du général Bigeard : "On avait été épuisés par la bataille, par la sous-alimentation. Bref, on était au bout de la route. On marchait côte à côte. Et il m’a dit : ‘on peut toujours faire un autre pas, et encore un autre pas, on peut toujours faire un autre pas’".

C’est pour son action en Algérie que le général Bigeard reste une figure controversée. Entre 1957 et 1960, sous les ordres du général Massu, il avait pris part à la bataille d'Alger. Le général Bigeard n'avait jamais exprimé de regrets, qualifiant la torture de "mal nécessaire".