Les avertisseurs de radars inutiles ?

  • A
  • A
Les avertisseurs de radars inutiles ?
Cette circulaire sonne-t-elle la fin des avertisseurs de radars ?@ MAXPPP
Partagez sur :

Une circulaire gouvernementale incite les préfets à multiplier le nombre de "zones dangereuses."

Votre avertisseur radar risque dorénavant de biper plus qu'à l'accoutumée. En effet, une nouvelle mise à jour de votre appareil de détection, programmée mi-décembre, va étendre le nombre de zones répertoriées comme "dangereuses".

C'est une circulaire gouvernementale qui serait à l'origine de ce changement. Les préfets seraient désormais incités à fournir une liste élargie des zones à risques, comme le rapporte Le Parisien, dans son édition de mardi.

Une zone à risques, c'est quoi ? Selon la circulaire, il s'agirait de toutes les voies signalées par un panneau de danger. Il en existe vingt-huit dans le code la route. Ce sont également les voies dont la limitation de vitesse ne correspond pas à la norme, comme une route nationale limitée à 70 au lieu de 90km/h.

Thierry Latger, secrétaire général du Snitpect-Fo, le syndicat national des ingénieurs des travaux publics de l'Etat et des collectivités territoriales, dénonce "des critères complètement absurdes techniquement ou en termes de sécurité routière".

Quelle circulaire ? Conformément à un accord passé entre le gouvernement et les fabricants, votre avertisseur n'indiquait déjà plus la position exacte du radar mais les zones à danger sur le réseau routier.
Visiblement, le gouvernement a décidé d'aller plus loin. Alors que les préfets sont censés fournir rapidement une carte routière départementale des zones risquées, le gouvernement les inciterait, via une circulaire, à multiplier leur nombre.

Selon un ingénieur de travaux publics, interrogé par Le Parisien, une consigne aurait même été donnée oralement aux préfets : rassembler dix fois plus de zones que de radars.

Quelles conséquences ? Fabrice, est automobiliste. Il roule plus de 45.000 kms par an. Interrogé par Europe 1, lundi, il racontait comment sans cet avertisseur de radar il, n'aurait aujourd'hui plus de permis. Même si l'emplacement du radar n'est plus indiqué, Fabrice s'était bien adapté à ce changement. (lien) Désormais avec cette nouvelle mise à jour des appareils, le nombre de zones à risques va exploser. 

Un exemple : dans un département qui compte 25 radars, près de 250 zones à danger pourront être répertoriées. Ce qui signifie concrètement qu'un automobiliste ne sera prévenu qu'une fois sur dix de la présence d'un radar. Ces outils d'aide à la conduite risquent donc de perdre rapidement toute crédibilité aux yeux des automobilistes.

Dans certains départements, comme la Sarthe, les sociétés d'autouroute et les services de la voirie ont refusé de collaborer avec l'Etat pour l'établissement de ces cartes. Le bras-de-fer est entamé.