Les architectes au chevet des salariés

  • A
  • A
Les architectes au chevet des salariés
Des étudiants en architecture vont se spécialiser dans la conception de bureaux dédiés au bien-être.@ MAX PPP
Partagez sur :

Une formation va être lancée pour développer des lieux de travail liés au bien-être.

Apprendre à concevoir des lieux de travail qui aide les salariés à se sentir mieux, c’est l'objectif d’un diplôme qui sera proposé d’ici quelques mois à l'université de Paris-Marne La Vallée. Concrètement, il s’agira pour les étudiants de concevoir des espaces de travail sans stress et dédié au bien-être. Car aussi surprenant que cela puisse paraître, l'aménagement peut avoir un impact sur les risques "psychos sociaux", jusqu'au suicide dans certains cas.

Lutter d'abord contre le bruit

C’est en tout cas ce qu’expliquent l'Ordre des architectes et le cabinet Technologia, spécialisé dans la prévention des risques professionnels, deux organismes qui sont à l’origine de cette nouvelle formation. Selon eux, "le bien-être au travail passe par le lieu" de travail et est "indissociable de la recherche d’une qualité de vie". Pourtant, les espaces de travail sont peu souvent constitués en ce sens. Les architectes déplorent que l’aménagement des locaux professionnels soit trop souvent "notoirement sous estimé ou simplement ignoré".

L'ennemi public n°1 du bien-être au travail, assurent les professionnels, c'est le bruit. La priorité est donc de choisir des matériaux qui absorbent les sons, du sol au plafond. Autres éléments essentiels à prendre en compte : les ambiances de température, la couleur, le renouvellement de l'air. Et les spécialistes estiment aussi qu’il est essentiel de prendre des mesures plus symboliques pour la satisfaction de chacun au travail, comme installer la direction à un étage inférieur à celui des salariés.

L'open-space dans la ligne de mire

Principal point noir : les bâtiments qui sont construits sans baies vitrées à hauteur des yeux. Quant aux "open-spaces", ils doivent respecter deux règles primordiales : 8 mètres carrés par personne et des espaces où s'isoler à proximité.

Le ministère du Travail appuie cette formation, qu’il considère comme "indispensable". Et ce, notamment car la réglementation en vigueur n'est pas toujours appliquée, regrette Hervé Lanovière de la Direction générale du travail.

La loi "est méconnue des architectes ou des concepteurs" :

 

La formation sera composée d’une dizaine de modules dont "architecture des lieux de travail", "physique de l’environnement de travail", "aménagement et bien-être au travail", "le handicap au travail" ou encore "économie de l’espace de travail". Le tout réparti sur 24 jours. Deux sessions seront organisées chaque année.