Les anti-mariage gay accusent la SNCF

  • A
  • A
Les anti-mariage gay accusent la SNCF
Les anti-mariage gay dénoncent des tarifs moins avantageux que ceux des "pro-mariages" qui défileront le 27 janvier.@ MaxPPP
Partagez sur :

Ils dénoncent des tarifs moins avantageux que ceux des "pro-mariage" qui défileront le 27 janvier.

L’INFO. "Service public à deux vitesses", "favoritisme". Depuis deux jours, la SNCF est dans le collimateur des opposants lyonnais au mariage gay. Ils reprochent à la société nationale de proposer aux partisans du mariage pour tous, qui viendront manifester à Paris le 27 janvier, des tarifs TGV très avantageux. En tout cas beaucoup plus que ceux consentis aux 800 opposants qui se rendent à Paris samedi en train.

45 euros d’écart. "C'est scandaleux", juge Anne Lorne, une des représentantes des anti-mariage gay, qui accuse la SNCF de prendre partie dans le débat. "La SNCF leur propose des tarifs à 50% négociés, soit un billet aux alentours de 70 euros", assure-t-elle. "De notre côté, après deux mois de négociation, nous sommes passés d'un tarif de 22 à 29% de réduction, ce qui fait une place 105 euros", peste la jeune femme. "Il y a quand même une grosse différence" remarque Anne Lorne qui s’interroge :  "le service public peut-il être à deux vitesses ?"

>>> A LIRE AUSSI : Qui sont les Français anti-mariage gay ?

La SNCF n’a pas pris partie. Toutefois, la SNCF dément tout favoritisme. Elle n’a d'ailleurs rien négocié avec les partisans du mariage gay. "Nos organisations ont décidé de prendre des tarifs "groupe", comme l'explique David Souvestre, un des porte-parole des pro-mariages gay. "A partir de dix, nous avons des réductions dans des trains qui circulent normalement, tous les jours", explique-t-il. "On n'a rien négocié avec la SNCF : ce sont des prix qu'ils proposent aux colonies de vacances ou aux familles de dix personnes", précise-t-il.

Arbitrage. Au final, la solution des pro-mariages gay est certes plus économe que le train spécial réservé par les anti-mariage gay, mais elle ne permet toutefois pas de transporter autant de personnes. Voilà qui pourra, peut-être, rassurer les anti-mariages gay.