Les 50 ans plébiscitent la résidence senior

  • A
  • A
Les 50 ans plébiscitent la résidence senior
Les enfants du baby-boom disent vouloir intégrer une résidence pour senior plutôt que d'être dépendant de leurs enfants pour leurs vieux jours.@ MAXPPP
Partagez sur :

La moitié des 50-65 ans envisage de passer leur fin de vie dans une résidence senior.

Les enfants du baby-boom semblent avoir choisi où couler leurs vieux jours. Selon un sondage Harris Interactive pour le groupe Humanis, les 50-65 ans jugent que la solution qui répond le mieux aux besoins d'une personne âgée dépendante est, pour 50% d’entre eux, la résidence de service ou senior, largement devant le maintien à domicile (37%).

29% plaident pour une vie en famille et autant pour les "nouvelle formes de cohabitation transgénérationnelle". La maison de retraite, qui reste la solution la plus médicalisée, n'est choisie que par 28% des personnes interrogées.

"Les enfants, il faut les laisser tranquilles"

"Je ne veux pas imposer ça à mes enfants", résume Martine au micro d’Europe 1. Cette quinquagénaire s’est occupée de sa mère durant des années. Pour elle, c’était un accompagnement de chaque instant. C’est pourquoi, elle estime qu’elle se tournera lorsque le moment sera venu vers une résidence senior. "Chez soi, on est seul. Les enfants, il faut les laisser tranquilles. On ne peut pas les appeler tous les quatre matins… Ce n’est pas le rôle des enfants", estime-t-elle.

Cette réflexion n’est pas une surprise, pour Hervé Sauzet de l’Institut des seniors interrogé par Europe 1. Il explique que les enfants du baby-boom sont nombreux à "culpabiliser" aujourd’hui du monde qu’ils laissent à leurs enfants. "C’est la première génération en France qui a laissé une situation pire à ses enfants que celle dont elle a hérité : ils avaient des salaires élevés et n’ont pas connu le chômage".

"D’autant, ajoute Hervé Sauzet, que c’est une génération qui avait promis de faire la révolution en 1968, de changer la vie en 1981. Tout ça, ils ne l’ont pas fait. Et ils se sentent un petit peu mal".

La dépendance, c’est à 80 ans

Une majorité des 50-65 ans (34%) estiment par ailleurs que la dépendance intervient à un âge entre 80 et 84 ans, 26% entre 75 et 79 ans et 19% entre 85 et 89 ans, la moyenne se situant vers 79 ans. Pour rappel, l'espérance de vie est de 79 ans pour les hommes et de 84,9 ans pour les femmes.