Leclerc condamné pour publicité mensongère

  • A
  • A
Leclerc condamné pour publicité mensongère
La centrale de distribution du groupe a été condamnée à payer 260.000€ de dommages et intérêts.@ MAXPPP
Partagez sur :

La centrale de distribution du groupe a été condamnée à payer 260.000€ de dommages et intérêts.

C'est un nouvel épisode dans la guérilla que mènent depuis cinq ans les pharmaciens d'officine contre les supermarchés Leclerc.

Le groupement d'achat des centres Leclerc a été condamné jeudi à Colmar, dans le Haut-Rhin, pour publicité comparative mensongère concernant les produits de parapharmacie sur son site internet sesoignermoinscher.com. La centrale de distribution du groupe a été condamnée à payer 200.000€ à Univers pharmacie et 60.000 euros à l'Union des groupements de pharmaciens d'officine (UDGPO), syndicat auquel il est affilié.

L'étude ne portait que sur 116 des 7.000 produits

Le tribunal a sanctionné le caractère peu fiable de l'échantillon et a également contesté la méthodologie qui permettait à Leclerc de faire apparaître ses espaces de parapharmacie comme "32,5%" moins cher que les officines.

Le jugement a en outre souligné que l'étude, toujours en ligne, ne portait que sur 116 des 7.000 produits vendus chez Leclerc. Il ne s'agit pas de produits parapharmaceutiques usuels mais de ceux concernés par une offre promotionnelle chez Leclerc a souligné le juge.

Ces manquements à l'objectivité sont de nature à "altérer le comportement économique du consommateur" et constituent "un procédé de dénigrement" envers les pharmaciens, a jugé le tribunal.          

Leclerc a déjà perdu deux fois

Les deux organismes avaient saisi le tribunal de grande instance de Colmar du fait du caractère, erroné et calomnieux, selon eux, d'une étude présentant les produits vendus par Leclerc comme moins chers que ceux des grandes surfaces concurrentes ou des groupements de pharmaciens.      

Le Galec, Groupement d'achats des centres Leclerc, avait d'ailleurs retiré ces derniers de l'étude après avoir admis des erreurs dans l'élaboration du panel où des pharmaciens apparaissaient à tort comme membres d'Univers pharmacie.   

Univers Pharmacie a déjà gagné deux autres procès en première instance puis perdu à chaque fois en appel. Le jugement rendu jeudi est aussi susceptible d'appel. Les deux organismes pourraient donc être une nouvelle fois déboutés.