Le virus Schmallenberg, qui touche principalement les moutons mais aussi les chèvres et les bovins chez lesquels il provoque des malformations à la naissance, continue sa progression. Il touche désormais 1.303 élevages, selon un décompte officiel publié vendredi du ministère de l'agriulture. Quelque 49 départements sont concernés par cette maladie d'élevage qui peut se manifester par de la fièvre, une chute de production ou des malformations à la naissance. Les ovins sont les premiers touchés, mais on compte aussi 188 élevages bovins et 17 élevages caprins.

Ce virus, identifié pour la première fois en novembre 2011 dans la ville allemande dont il porte le nom, a été détecté dans 71 nouvelles exploitations françaises depuis le dernier décompte du 13 avril, a précisé le ministère de l'Agriculture. Il n'est pas contagieux d'un animal à l'autre, mais il est transmis par des insectes, a rappelé le ministère. Un dispositif de surveillance vétérinaire a été mis en place en janvier dernier en France.