Le spéléo est mort le jour de sa plongée

  • A
  • A
Le spéléo est mort le jour de sa plongée
L'ordinateur de plongée d'Eric Establie indique que le spéléologue est mort le jour de sa plongée.@ MAXPPP
Partagez sur :

L'expertise de l'ordinateur de plongée d'Eric Establie permet d'en savoir plus sur son décès.

Le spéléologue retrouvé noyé lundi dans les Gorges de l'Ardèche est mort quelques heures après le début de sa plongée. C'est la conclusion à laquelle sont arrivée les enquêteurs après avoir examiné l'ordinateur de plongée d'Eric Establie. C'est "5 heures 20 après le début de sa plongée", alors qu'il essayait de contourner un éboulis qui l'avait coincé qu'il est mort noyé a annoncé samedi le procureur de Privas, Christophe Raffin, en charge de l'enquête.

"Eric Establie est allé au delà de la partie explorée déjà connue du boyau, à 1.040 m de l'entrée de la grotte. Son ordinateur enregistre soit une remontée du boyau vers la surface soit l'existence d'une poche d'air", a déclaré le magistrat. "Il est revenu ensuite sur ses pas et s'est retrouvé devant l'éboulis", qu'il a essayé de contourner pendant "deux heures" en vain, a ajouté Christophe Raffin.

Les secouristes avaient pourtant cru percevoir des bruits frappés sur la paroi rocheuse, ce qui avait nourri l'espoir de la survie d'Eric Establie, considéré comme l'un des meilleurs au monde dans sa spécialité. Un puits de contact creusé à l'aplomb de la cavité d'où provenaient les bruits devait être achevé mardi, pour faire passer des vivres et du matériel.

Mort "par asphyxie ou noyade"

Le Parquet a confirmé la mort d'Eric Establie par "asphyxie ou noyade" en indiquant que son corps "ne portait pas de traces de blessures, de chocs ou de traumas" qui auraient pu être consécutifs à l'éboulis. Aucune décision n'a encore été prise sur une éventuelle remontée du corps.

Parti le 3 octobre au matin explorer une grotte plongeant dans le lit de la source de la Dragonnière, à Labastide-de-Virac, pour réaliser un nouveau relevé topographique, Eric Establie avait été bloqué à son retour par un éboulement à 780 mètres de l'entrée et 46 mètres de profondeur. Il a été retrouvé noyé huit jours plus tard, 70 mètres après l'éboulis par deux plongeurs britanniques. Scaphandrier de profession, Eric establie, 45 ans dirigeait une société de travaux maritimes et sous-marins à Cannes.