Le secret bien caché de Toni Musulin

  • A
  • A
Le secret bien caché de Toni Musulin
Le convoyeur avait érigé un mur doté d'une petite ouverture dans le fond du box.@ MaxPPP
Partagez sur :

Un livre révèle l’existence d’une cache jusqu’ici ignorée dans le box du convoyeur.

Le détail avait complètement échappé aux enquêteurs : le box de Toni Musulin dans un parking souterrain lyonnais comportait un double fond. La révélation a été faite par le convoyeur en personne à la journaliste Alice Géraud-Arfi, qui signe le livre Toni 11,6. Histoire du convoyeur, à paraître le 26 janvier prochain.

Une fente pour glisser les billets

Le convoyeur avait discrètement érigé un mur dans le fond du box durant les semaines qui ont précédé le casse, révèle l’auteure. Une fente située en haut du mur devait permettre au malfaiteur de cacher son butin en lieu sûr. "Il avait imaginé cacher son argent et venir le chercher beaucoup plus tard. Son idée était de cacher son argent dans un endroit que les policiers fouilleraient parce qu'il avait l'idée qu'on ne fouille pas deux fois le même endroit", explique Alice Géraud-Arfi sur Europe 1.

Celui qui allait devenir en quelques jours l’homme le plus recherché de France et une icône des internautes voyant en lui un nouveau Robin des Bois avait même pensé à garnir ce double-fond d'une sorte de couverture métallique, relève Le Parisien, avec l'objectif de brouiller les pistes et empêcher toute détection des billets.

Un projet avorté

Mais le convoyeur n’a pas eu le temps de mettre son plan à exécution. Après avoir dévalisé le fourgon de la Loomis le 5 novembre 2009, Toni Musulin a transféré les sacs contenant 450.000 billets de banque dans une voiture avec laquelle il a rejoint son box. Pensant pouvoir bénéficier d’un peu de répit, Tony Musulin est sorti pour aller s'acheter un sandwich. Le temps pour les policiers de boucler le quartier. Poussant le convoyeur à prendre la fuite vers l’Italie sans avoir eu le temps de transvaser les billets dans le double fond de son garage.

Les policiers ont rapidement découvert l’existence du box loué par le convoyeur, mettant la main sur 9,1 millions d’euros mais pas le double fond."En réétudiant l'enquête, je me suis aperçue que dans les premiers témoignage recueillis par la police, dans la classique enquête de voisinage, il y avait une dame qui signalait qu'elle avait noté qu'il y avait eu des travaux dans ce box. Et je ne crois pas que les policiers lui aient posé cette question", explique Alice Géraud-Arfi.

Le convoyeur a lui fini par se rendre après une cavale de 10 jours. Il a été condamné en appel en novembre 2010 à 5 ans de prison ferme et 45.000 euros d’amendes. Son pourvoi en cassation sera examiné dans le courant de l'année 2011. Reste une question : que sont devenus les 2,5 millions d’euros qui n’ont jamais été retrouvés ?