Le Secours populaire ferme à Angers

  • A
  • A
Le Secours populaire ferme à Angers
@ MAXPPP
Partagez sur :

Débordée par un afflux sans précédent de demandeurs, la permanence a fermé ses portes.

"Faute de moyens suffisants, le Secours populaire est contraint de fermer ses permanences d’accueil pour une durée indéterminée." Voilà ce que peuvent lire depuis une semaine les personnes en difficulté se rendant devant les locaux du Secours populaire d’Angers.

Une première

Confronté à un afflux sans précédent des demandes d'aide et faute de moyens, le Secours Populaire d'Angers a fermé la permanence la plus importante du réseau en Maine-et-Loire. "C'est la première fois que cela arrive", précise-t-on au siège national.

Hausse des demandeurs d’asiles

En un an, le nombre de demandes d'aides alimentaires, la première activité du Secours Populaire d'Angers, est passée de 1.700 à plus de 5.000, avec une augmentation très nette de leur caractère d'urgence. Angers est confronté, comme tout le territoire français, à une augmentation de la précarité. La particularité locale est qu’elle est couplée avec l’arrivée de nombreux demandeurs d’asiles. Ils représentent la moitié des nouveaux bénéficiaires. Angers est en effet victime de son sens de l’hospitalité. Les associations, la municipalité et le Conseil général travaillent main dans la main pour aider les réfugiés.

"On était acculé à cette fermeture dans la mesure où ne pouvions plus satisfaire les personnes", explique Dominique Trévi, bénévole et responsable de l’antenne d’Angers. Elle ajoute qu’il y avait de la violence et de l’agressivité : "Les personnes aidées se rendaient compte qu’on ne pouvait pas leur donner ce qu’elles attendaient". On les laisse tomber et ce n’est pas de gaité de cœur. On n’a plus de moyens."

L’antenne espère rouvrir le plus tôt possible. Pour cela elle attend un soutien des pouvoirs publics.