Le retour de la morale à l’école

  • A
  • A
Le retour de la morale à l’école
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les enseignants ont reçu pour consigne pour la rentrée de proposer chaque jour une maxime.

"Il est indispensable que l’école réaffirme son engagement dans la transmission de références communes qui permettent de penser, vivre et agir ensemble", c’est l’une des consignes adressées aux enseignants du CM1 et CM2 dans la circulaire pour la rentrée, dont des extraits sont publiés dans Le Figaro. Parmi les conseils signifiés : "recourir à l’exercice classique de commentaire quotidien d’une maxime".

"J'ai l'impression de revenir aux années 50"

Cette consigne, qui date de 2008, n’est pas assez bien appliquée déplore l’inspection générale de l’Education nationale. La raison ? Travailler sur "qui vole un œuf vole un bœuf", "pierre qui roule n’amasse pas mousse" ou encore "bien mal acquis ne profite jamais" est généralement jugé passéiste par les enseignants. C’est le cas notamment de Leslie, professeur des écoles à Paris et qu’a rencontrée Europe 1.

La jeune femme ne se voit pas réintroduire la maxime journalière. "Je ne me vois pas arriver dans ma classe et dire : ‘pierre qui roule n’amasse pas mousse, ça vous dit quoi ?’. J’ai l’impression de revenir aux années 50. Or, on a évolué dans nos mentalités. On n’a plus du tout le même public qu’avant à l’école", assure l’enseignante.

"L’école doit être de plus en plus séduisante" :

"Ce n’est pas en passant par autant de rigueur qu’on arrive à séduire les élèves", assure Leslie. Pour inculquer des valeurs, l’institutrice a choisi d’adapter les fables de Jean de La Fontaine. Et ce, avec un seul objectif : donner aux enfants le goût de l’école.

"Quelque chose d'extrêmement simple et très concret"

Tout le monde ne s'oppose pas à cette nouvelle consigne. Olivia Millioz, porte-parole de SOS éducation y est complètement favorable. "Il est proposé de revenir au cours de morale via la maxime. C'est quelque chose d'extrêmement simple, de très concret, que l'on peut saisir facilement et que l'on arrivera à retenir toute sa vie", explique-t-elle sur Europe 1.

"C'est une entrée pragmatique sur des problèmes concrets qui se posent à l'homme", renchérit-elle. "Que doit-on faire, quelles sont les limites à s'imposer, quelles sont les règles à aller de l'avant dans la vie et à l'école".