Le rapatriement d’orphelins suspendu

  • A
  • A
Le rapatriement d’orphelins suspendu
@ Reuters
Partagez sur :

EXCLU - Aucun enfant haïtien n’a été rapatrié depuis le 11 février, même avec un dossier complet.

Après avoir été accéléré suite au séisme, le processus de rapatriement et d’adoption d’orphelins haïtiens subit un coup d’arrêt. Les vols de rapatriement sont suspendus depuis une semaine, selon les informations fournies à Europe 1 par deux Françaises qui attendent chacune un enfant et disposent de dossiers d’adoption complets.

Depuis le séisme en Haïti, de nombreuses demandes d’adoption par des Français ont été accélérées. Mais le processus semble gelé depuis une semaine. Depuis le début de cette opération, on comptait en moyenne un avion tous les 3 jours, or depuis une semaine, aucun vol n’a été enregistré.

"On m’a informé que les rapatriements étaient bloqués"

Une future maman a déclaré à Europe 1 qu’il n’y a "pas d’avions depuis le 11 février" : "C’est bloqué, on ne m’a pas expliqué pourquoi".

"J’appelle régulièrement le service d’adoption international du ministère des Affaires étrangères. Hier, on m’a informé que les rapatriement étaient bloqués, sans donner plus d’explications", témoigne l’une des mères concernées, qui doit adopter une petite fille de 19 mois.

A ce jour 370 enfants ont été rapatriés en France et adoptés. 180, dont les dossiers d’adoption sont complets, sont encore en Haïti. Une réunion avec les familles adoptantes doit avoir lieu vendredi après-midi au ministère des Affaires étrangères.

Une phase d’adaptation dans les Antilles françaises

Cette suspension des vols pourrait annoncer la mise en place d’une étape en Guadeloupe ou en Martinique, pour faciliter l’adaptation des enfants à leur nouvelle vie. Cette phase d’acclimatation a été défendue par de nombreux pédo-psychologues, qui la jugent nécessaire après le traumatisme vécu par ces enfants.

La mise en place d’un sas d’adaptation est en cours, dont les modalités restent à définir, selon le secrétariat d’adoption international.