Le procès d'Eric Raoult renvoyé

  • A
  • A
Le procès d'Eric Raoult renvoyé
Eric Raoult reconnaît avoir insulté sa femme, mais nie l'avopir frappée.@ REUTERS
Partagez sur :

L'ancien ministre a été hospitalisé vendredi matin, il avait fait un AVC en janvier.

"Je l’ai insultée, je ne l’ai jamais frappée".  C'est en ces termes qu'Eric Raoult, rejetait  le 10 octobre dernier, au micro d'Europe 1, les accusations de son ex-femme. L'ancien ministre, maire UMP du Raincy, en Seine-Saint-Denis, devait comparaître vendredi devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour ces violences conjugales présumées sur sa femme, dont il est aujourd'hui séparé. Mais le procès a été renvoyé en raison de problèmes de santé de l'ex-député.

"Mon client a été hospitalisé ce matin", a expliqué au tribunal son avocate, Me Caroline Toby. "Il a eu des problèmes de santé en début de semaine, consécutifs à un AVC qu'il a eu en janvier. Les médecins ont décidé de l'hospitaliser pour des examens", a-t-elle précisé. Présente dans la salle, l'épouse de l'ancien député, Corinne Raoult, cheveux courts et tailleur noir, ne s'est pas opposée à cette demande de renvoi, également acceptée par le tribunal.

Deux gardes à vue

Eric raoult reuters 930620 18.02

© REUTERS

Eric Raoult est accusé d'avoir giflé, bousculé et insulté son épouse à plusieurs reprises entre décembre 2011 et octobre 2012. Il devra répondre de "violences sur conjoint" et de "menaces ou actes d'intimidation en vue de déterminer une victime à ne pas porter plainte ou à se rétracter".

L'ancien député de Seine-Saint-Denis avait été placé en garde à vue à deux reprises au mois d'octobre, à la suite de plaintes déposées par son épouse, Corinne Raoult, qui fut son assistante parlementaire et avec laquelle il se trouve en instance de divorce.

"Tu t'habilles comme une salope"

Sur Europe 1 en octobre, le maire du Raincy avait récusé les accusations de son épouse. "Dans les plaintes qui sont déposées, il est indiqué que je l’ai giflée, que je l’ai insultée, et une autre fois que je l’ai bousculée. Je l’ai insultée, c’est vrai. Mais dire à son épouse, qui a 15 ans de moins que vous, 'tu t'habilles comme une salope', ce n’est pas une violence conjugale", s’était-il alors justifié.

"Ce n’est pas une violence conjugale" :

 

L'ancien député de Seine-Saint-Denis avait alors démenti avoir "frappé" sa femme d'abord argumentant que son état de santé rendait impossible de tels coups. "Je n’en ai pas la force. Comme vous le savez peut-être, j’ai été victime d’un AVC (accident vasculaire cérébral), il y a quelques mois".  Eric Raoult avait ensuite argué qu'on ne commence pas une carrière d’homme violent à 57 ans".