Le portrait de Pétain refait parler de lui

  • A
  • A
Le portrait de Pétain refait parler de lui
L'association pour la défense de la mémoire de Philippe Pétain tente de faire réintégrer le portrait du maréchal dans la mairie de Gonneville-sur-Mer.@ MaxPPP
Partagez sur :

Une association veut le réintégrer dans une mairie du Calvados. Il en avait été retiré en octobre 2010.

Le portrait du maréchal Pétain va-t-il revenir sur les murs de la Mairie de Gonneville-sur-Mer, dans le Calvados ? Le rapporteur public du tribunal administratif de Caen y est opposé. Il a plaidé mardi contre ce retour demandé par l'Association pour la défense de la mémoire de Philippe Pétain (ADMP). La décision sera rendue d'ici deux semaines.

Le portrait en question, qui s'intégrait dans un galerie de portraits de chefs de l'Etat, trônait dans la salle de mariage de la mairie avant d'être retiré par décision de justice en octobre 2010. Le maire avait dû, à contre-coeur, enlever ce portrait, symbole de Vichy et de la collaboration avec les nazis.

L'ADMP accuse le tribunal de "réviser l'Histoire"

"Aujourd'hui dans cette galerie de portraits, il y a un vide. Ce vide fait dire qu'un tribunal, un préfet, révisent l'Histoire, qu'une période de l'Histoire de 4 ans n'a jamais existé", a dit durant l'audience l' avocat de l'ADMP, Me Tremolet de Villers. Ce dernier fut l'avocat de l'ancien milicien Paul Touvier, condamné en 1994 pour crimes contre l'Humanité.

La demande de réintégration du portrait irrite au plus haut point la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra). "Il y a toujours des nostalgiques qui sont prêts à défendre la mémoire de celui qui a envoyé à l'Allemagne nazie plus de Juifs que l'Allemagne nazie n'en demandait", a déploré avant l'audience Me Badache, l'avocat de la Licra.

Les habitants sont partagés

A Gonneville-sur-Mer, la nouvelle polémique relance le débat chez les habitants. "Ici, c'est plutôt FN", explique Thierry au micro d'Europe 1. "Je suis très, très surpris de voir qu'il y a encore des pétainistes ici. Moi, je pensais que c'était terminé", ajoute-t-il. A l'inverse, Simone se souvient du "vainqueur de Verdun". "Pétain a été longtemps adulé. Souvenez-vous de Maréchal nous voilà qu'on chantait dans les écoles", explique-t-elle.

De son côté, Bernard Hoyé, le maire de la commune reste muet. Il s'était opposé l'an dernier au préfet, au nom de l'exposition objective de l'Histoire.