Le pense-bête de Liliane Bettencourt

  • A
  • A
Le pense-bête de Liliane Bettencourt
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un aide-mémoire a été rédigé pour aider la milliardaire à répondre aux enquêteurs.

Liliane Bettencourt a-t-elle été préparée aux auditions ? Un aide-mémoire, retrouvé lors d'une perquisition chez la milliardaire, à son domicile de Neuilly-sur-Seine, a été confectionné en 2008 afin d'aider celle-ci à répondre aux questions des enquêteurs, dans la perspective d’une audition par la justice, rapporte le site lepoint.fr lundi.

"On a trouvé des arguments qu’elle devait soutenir. Et curieusement ce document, qui remonte à 2008, contient exactement tous les items que ressort madame Bettencourt devant la justice, la police et dans les journaux", raconte Olivier Metzner, avocat de la fille de Liliane Bettencourt, sur Europe 1.

La milliardaire sous influence

Le document accrédite le sentiment que l'octogénaire se trouvait alors sous l'influence de plusieurs membres de son entourage. Lorsque le document a été rédigé - les 6 février, 8 février et 15 avril 2008 - la fille de Liliane Bettencourt venait de déposer une plainte pour abus de faiblesse, soupçonnant l'artiste François-Marie Banier de détourner les fonds de sa mère.

Le ou les auteurs de ce "mémo", dont on ne connaît pas l’identité pour le moment, lui ont suggéré à la question : "pourquoi des sommes aussi importantes?" données à François-Marie Banier, de répondre : "elles sont proportionnées à ma fortune, elles n'ont été prélevées que sur mes revenus". Une réponse apportée par Liliane Bettencourt lors de son audition du 13 mai 2008, selon lepoint.fr.

"On lui a appris à mentir"

Pour Olivier Metzner, une telle pratique "est grave". "On lui a appris à mentir et c’est ce qu’on appelle en droit une subornation de témoin. Nous allons tirer toutes les conséquences de cela", annonce-t-il.

L’avocat dénonce également l’utilisation de ces réponses préparées dans l’interview accordées par la milliardaire au magazine Paris-Match la semaine dernière. Pour Olivier Metzner, il s’agit "d’un publi-reportage dans lequel on a construit une fausse interview. Une interview dans laquelle ce n’est pas madame Bettencourt qui répond, mais ce sont ses communicants qui parlent", estime-t-il.

>> Retrouvez tous les épisodes de l'affaire Bettencourt