Le pacte de responsabilité ? "Un pacte de complaisance"

  • A
  • A
Le pacte de responsabilité ? "Un pacte de complaisance"
Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière
Partagez sur :

VOTRE CHOIX D’ACTU DU 18 MARS – Des manifestations sont organisées mardi dans plusieurs villes de France pour lutter contre le pacte de responsabilité.

Chaque jour avec "Votre choix d’actu", Europe 1 vous propose de définir un thème qui sera approfondi dans Europe midi – Votre Journal animé par Wendy Bouchard.

Dès 9h, rendez-vous sur la page d’accueil d’Europe1.fr pour voter. Vous pouvez le retrouver sur www.europe1.fr/Info/Votrechoixdactu

>>> Mardi 18 mars, vous avez été 70% à faire "Votre choix d’actu"  sur les manifestations contre le pacte de responsabilité. Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière qualifie ce dernier de "pacte de complaisance". Il ne croit pas que ce pacte puisse créer des emplois "on ne saura jamais" déclare-t-il. Il poursuit en évoquant les réductions de charges : "Ce n’est pas possible, les employeurs ne peuvent pas s’engager à dire "si on obtient ça", on s’engage à créer des emplois". Selon Jean-Claude Mailly, "on reste dans l’illusion et le virtuel". Il l’affirme "depuis le 31 décembre je le dis, personne ne peut imposer aux entreprises d’embaucher".



JC Mailly "le pacte de responsabilité est un...par Europe1fr

Il se montre par ailleurs sceptique quant aux contreparties promises par les patrons : "Il n’y a pas de contreparties, vous pouvez signer une feuille de papier sans rien dessus".

Cette manifestation de mécontentement a lieu à cinq jours des municipales. Un hasard selon le secrétaire général de Force Ouvrière. "Qui a choisi le timing sur le pacte de responsabilité ? C’est pas moi, c’est le président de la République et le gouvernement". 

Jean-Claude Mailly espère que cette journée de protestation "va peser". "On verra si le gouvernement est prêt ou non à changer d’orientation. La balle est dans son camp"» analyse le syndicaliste. Il se dit "curieux sur les contreparties que le président va obtenir de Pierre Gattaz". Il ironise d’ailleurs sur le président du Medef : "J’ai l’impression que Pierre Gattaz se prend pour un Premier ministre, il faudrait qu’il arrête le mélange des genres".