Le Nouvel Obs s'excuse pour une pub

  • A
  • A
Le Nouvel Obs s'excuse pour une pub
@ Capture
Partagez sur :

Cette publicité diffusée dans l’hebdomadaire a été accusée de véhiculer un message anti-IVG.

Publiée jeudi dans Le Nouvel Observateur, la publicité était passée inaperçue. Il a en effet fallu attendre quelques jours pour que la campagne de la Fondation Jérôme Lejeune, association qui promeut la défense de la vie et des personnes handicapées, fasse le tour des réseaux sociaux.

Une pub contre la recherche sur l'embryon

La publicité, glissée en pleine page, à la fin du supplément télévision et cinéma du Nouvel Observateur, met en parallèle la photo d'une baleine et celle d'un foetus. "Vous trouvez ça normal ? On arme des bateaux pour défendre les baleines alors qu'on laisse l'embryon sans défense", interroge la Fondation Jérôme Lejeune.

Cette campagne a été réalisée à la suite du vote du Sénat en faveur à la proposition de loi autorisant la recherche sur l'embryon, tout juste votée au Sénat. L'association s'oppose à en effet à toute recherche embryonnaire. "Demain, en France, l'embryon humain sera moins protégé par la loi que certains embryons d'animaux", explique le site de la Fondation Jérôme Lejeune.

Joffrin et Dely interpellés

Une position en contraste avec la ligne éditoriale du Nouvel Observateur, un hebdomadaire ancré à gauche. D'autant plus que la publicité de l'association a été prise pour un message militant contre l'avortement. Sur Twitter, Aurore Bergé, membre du Conseil national de l'UMP, a directement interpellé sur Twitter Laurent Joffrin et Renaud Dely, respectivement directeur de la publication et directeur de la rédaction du magazine.



"Je trouve même insupportable qu'en 2012 on puisse remettre en cause le droit des femmes à disposer librement et sans contrainte de leur corps. Et je trouve d'autant plus insupportable que ces remises en cause puissent s'exprimer dans Le Nouvel Obs", a-t-elle surenchéri sur Le Plus, le site participatif du Nouvel Observateur.

"Une erreur déplorable"

Forcé de s'expliquer, Renaud Dely, directeur de la rédaction du Nouvel Observateur, a présenté ses excuses dimanche soir sur Twitter aux lecteurs de l'hebdomadaire. "C'est une erreur déplorable. La pub de ce lobby aux engagements contraires à nos valeurs n'aurait pas dû être publiée. Toutes nos excuses à nos lecteurs. Nous reviendrons sur ce dysfonctionnement dans le journal de la semaine prochaine", a écrit dimanche en fin de journée Renaud Dely.