Le "Nouveau Grand Paris" se précise

  • A
  • A
Le "Nouveau Grand Paris" se précise
@ MAXPPP
Partagez sur :

ZOOM - Le supermétro francilien verra bien le jour d'ici à 2030 pour un coût total de 27 milliards.

L'INFO. Ne l'appelez plus "Grand Paris" comme sous l'ère Sarkozy mais "Nouveau Grand Paris". Jean-Marc Ayrault a rendu mercredi ses arbitrages sur ce projet pharaonique qui doit révolutionner les transports franciliens.  Que faut-il retenir du discours du Premier ministre ? Europe.fr fait le point

Un supermétro francilien. Le supermétro automatique Grand Paris Express, ses 200 km et ses 72 gares, se fera "intégralement" à l'horizon 2030, a promis Jean-Marc Ayrault. L'objectif est de faciliter les déplacements de banlieue à banlieue sans passer par la capitale. Symboliquement, pour faire sortir Paris de son périphérique, les nouvelles lignes recevront des appellations dans la lignée du métro parisien : la rocade la plus proche de Paris va devenir la ligne 15, l'arc le plus à l'est la 16, la ligne du Bourget à Charles-de-Gaulle la 17 et celle du plateau de Saclay, la 18. "Les lignes seront lancées en parallèle, les tronçons s'enchaînant", a précisé Jean-Marc Ayrault, pour ne pas donner l'impression d'avoir des territoires servis en premier et d'autres en dernier.

carte-metro

Quel délai et quel coût ? Jean-Marc Ayrault a confirmé le retard. Le projet ne sera pas achevé en 2025  mais en 2030. Le chiffrage sera de 27 milliards. Le "Nouveau Grand Paris" est "d'une ambition sans précédent et il est financé", s'est félicité Jean-Marc Ayrault. Il faut dire que c'est là que le bât blessait. Le rapport Auzannet, rendu en décembre à la ministre de l'Egalité des territoires et du Logement Cécile Duflot tablait sur les 30 milliards d'euros, au lieu des 21 milliards prévus dans le projet initial.

Le compromis trouvé. Finalement, tout le tracé sera réalisé mais avec des capacités différenciées (longueur des rames, quais, largeur des trains, etc.), adaptées aux prévisions d'augmentation de trafic, selon les portions. Ce travail d'affinage a permis d'économiser 3 milliards d'euros sur la note finale, revue donc à 27 milliards.