Le mariage gay étudié à l’Assemblée

  • A
  • A
Le mariage gay étudié à l’Assemblée
@ REUTERS
Partagez sur :

Une proposition de loi du PS a été discutée jeudi par les députés. Une première en France.

A un an de l’élection présidentielle, le débat sur le mariage homosexuel a été relancé jeudi à l’Assemblée nationale. Les députés ont en effet examiné une proposition de loi PS sur son autorisation. Il s’agit d’une première dans l'Hémicycle. Le vote est prévu mardi prochain.

Peu de probabilités que le texte soit validé

Le texte des socialistes propose que le mariage puisse être contracté "par deux personnes de sexes différents ou de même sexe". Il n'y a quasiment aucune chance qu'il soit adopté en séance publique, car il a déjà été rejeté en commission.

La proposition défendue par Patrick Bloche a cependant relancé le débat. Le député socialiste de Paris était déjà le co-rapporteur de la proposition de loi sur le Pacs, en 1999. Cette fois, l’élu s'appuie sur une décision du Conseil constitutionnel, qui renvoie au législateur la responsabilité d'interdire ou non le mariage entre deux personnes du même sexe.

Les propos controversés de Barèges

L'UMP s'oppose à ce texte. Les débats en commission avaient notamment été marqués par des propos très controversés de la députée de la majorité présidentielle Brigitte Barèges. "Que leur manque-t-il aujourd'hui (aux couples homosexuels) à part la robe de mariée? Au nom de l’évolution des moeurs, notre société, dont les fondements laïques et républicains sont établis depuis des siècles, devra-t-elle prendre en compte (...) d’autres pratiques sexuelles --et pourquoi pas le mariage avec les animaux ou la polygamie, si d’autres religions prennent le pas sur notre tradition judéo-chrétienne ?", avait-elle déclaré, avant de se défendre d'être homophobe.

La France "en retard" sur le débat

En Europe, le mariage homosexuel a dix ans. Depuis le 1er avril 2001, date de la première union de deux néerlandaises à Amsterdam, la législation a bien évolué. Des pays comme l’Espagne et le Portugal, pourtant réputés conservateurs, ont autorisé les unions entre deux personnes du même sexe en 2005 et 2010.