Le mari devient une femme, l'union reconnue ?

  • A
  • A
Le mari devient une femme, l'union reconnue ?
@ MaxPPP
Partagez sur :

Le parquet n'est pas contre le maintien de l'union d'un homme devenu femme et de son épouse.

C'est une décision qui pourrait faire avancer le droit des couples homosexuels. Née de sexe masculin, prénommée alors Wilfrid, Chloé pourrait obtenir la reconnaissance, par le tribunal de Brest, de sa nouvelle identité sexuelle. Le parquet ne s'est en effet pas opposé au maintien de l'union entre cet homme devenu femme et son épouse. Le jugement a été mis en délibéré au 15 décembre.

Si cette décision était confirmée, elle constituerait, de fait, la reconnaissance du premier couple homosexuel marié. Plus encore, cela donnerait lieu au premier cas d'homoparentalité légale. Le couple, marié depuis 14 ans, est en effet parent de trois enfants. Ce n'est que plusieurs années après leur union que Wilfrid a souhaité changer de sexe. Une transformation complétement acceptée par son épouse.

"Une double première"

L'avocat du couple, Me Emmanuel Ludot, s'est félicité que le tribunal de Brest ne manifeste "aucune opposition" à la demande de sa cliente. "Le procureur est d'accord, tout le monde est d'accord et nous aurons très certainement un jugement le 15 décembre prochain qui va ordonner la rectification de l'état civil", a-t-il confié.

L'acte de naissance de Chloé doit être modifié prochainement comme la justice le fait régulièrement pour les personnes qui changent de sexe. Mais cette fois, le tribunal n'a pas exigé le divorce pour accéder à cette demande, selon l'avocat du couple.

Car Chloé et Marie ne comptent pas divorcer. Lesbienne, la compagne de Chloé a en effet parfaitement accepté la transformation de "son mari". "Marie a toujours été homosexuelle. Mais il se trouve qu’elle est tombée amoureuse d’un garçon raffiné et efféminé… Et ce garçon, c’était moi", a confié Chloé, interrogée par Le Parisien avant la décision

Cette dernière s'est réjouit du positionnement du tribunal de Brest. "Reconnaître mon identité de femme, c’est me permettre d’être moi-même. C’est également beaucoup plus pratique au quotidien : on refuse parfois ma carte d’identité quand je fais un chèque ou on me demande d’aller chercher la procuration de mon mari pour récupérer un recommandé… C’est gênant, surtout devant les enfants. Et puis, au niveau fiscal, le statut des couples mariés est beaucoup plus avantageux", a-t-elle expliqué

Une brèche pour les couples homosexuels

La décision du tribunal de Brest constitue également une brèche dans laquelle pourraient s'engouffrer les couples homosexuels désireux de faire reconnaitre le mariage gay.

"C'est une double première. Il s'agit d'un couple marié qui va le rester. Le changement d'identité n'entraîne pas la rupture du lien conjugal. Au contraire, il le conforte. Et là c'est une situation exceptionnelle. Une brèche vient de s'ouvrir. Nous avons pour la première fois en France deux personnes du même sexe mariées qui ont des enfants, des enfants légitimes", a commenté Me Ludot.

Chloé, quant à elle, ne cache pas le caractère militant de sa démarche. "Les mœurs ont évolué. Malheureusement, les politiques traînent toujours la patte ", a estimé cette habitante de Landerneau, interrogée par Le Parisien.