Le kit mains libres bientôt interdit au volant ?

  • A
  • A
Le kit mains libres bientôt interdit au volant ?
Les parlementaires préconisent une interdiction progressive des kits mains libres au volant.@ MAXPPP
Partagez sur :

Un rapport parlementaire présente 40 propositions pour améliorer la sécurité routière.

Moins de 3.000 morts par an sur les routes d’ici à 2012. C’est l’objectif que se sont fixés les membres de la mission d’information parlementaire sur la sécurité routière dans un rapport dont fait état Le Parisien/Aujourd’hui en France jeudi. "Il faut accroître la répression pour les plus grands délits" et "récompenser les conduites vertueuses", estime Philippe Houillon, député UMP et rapporteur de la mission, dans le quotidien.

Quarante propositions sont formulées, dont celle d’interdire progressivement l’usage du kit main libre au volant. Dans un premier temps, les députés proposent de renforcer les sanctions pour les utilisateurs, avec un retrait de trois points, au lieu de deux. L’interdiction s’accompagnerait d’une incitation pour les constructeurs à concevoir des systèmes ne nécessitant aucune intervention manuelle.

Contrôle technique des deux-roues

Autre proposition, un renforcement des sanctions en cas d’alcoolémie supérieure à 0,8 g/l. Le retrait de points passerait alors de 6 à 8 points. Et les jeunes conducteurs pourraient être sanctionnés dès 0,2 g/l, contre 0,5 g/l aujourd’hui. Les députés veulent également rendre obligatoire la présence d’un éthylotest dans les véhicules, une mesure qui figure dans la loi depuis des années, mais qui n’a jamais été appliquée.

Les deux-roues sont également dans le viseur des parlementaires : les motos et scooters de 125 cm3 pourraient se voir imposer un contrôle technique, comme tous les autres véhicules. Pour les cyclomoteurs, le contrôle technique sera obligatoire à partir du 1er janvier.

Les députés entendent aussi réformer le contrôle de la vitesse sur la route : les excès de moins de 10 km/h ne seraient plus sanctionnés par un retrait de point mais par une simple amende. Mais un deuxième excès de vitesse commis dans les six mois suivants coûterait un point sur le permis. En revanche, un excès de vitesse dépassant les 50 km/h serait automatiquement considéré comme un délit.