Le glycol fait parler de lui

  • A
  • A
Le glycol fait parler de lui
@ MAXPPP
Partagez sur :

La pénurie du produit dégivrant est à l’origine de la grande pagaille à Roissy.

C’est incontestablement la star du jour. Le glycol est au coeur de l’actualité vendredi. La pénurie de ce produit antigel a été à l’origine de l’annulation de très nombreux vols jeudi soir et vendredi à Roissy, et donc de la galère de milliers de passagers. Sans ce liquide, impossible de dégivrer les cockpits et les moteurs à réaction des avions. Et donc de les autoriser à décoller.

Le terme glycol désigne en fait une famille de composés chimiques. Pour le liquide utilisé à Roissy, il conviendrait de parler d’éthylène glycol, le plus simple et le plus répandu des glycols. Comme tout produit antigel, mélangé à l’eau, il abaisse considérablement la température de solidification du liquide, et fait donc fondre la glace et le givre. Le principe est le même pour le sel utilisé sur les routes.

La plus importante usine en grève

Et chaque avion réclame une grosse quantité de glycol. Les 12 tonnes de produit importées des Etats-Unis et arrivées à Roissy dans la matinée permettront ainsi le décollage de … 20 appareils. Une misère à l’échelle des quelque 1.500 vols quotidiens qui rythment la vie du plus important aéroport de France. Les besoins en glycol sont donc énormes quand l’hiver fait des siennes. Un camion venant d'Allemagne est en route vers Paris et un second avion en provenance des Etats-Unis arrivera samedi matin à Roissy.

Dans ce contexte, la grève des salariés de LyonellBasell, la plus importante usine de production du précieux liquide, située à Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône, ne pouvait tomber plus mal. L’aéroport de Roissy n’est pas certes pas client de cette antenne d’une multinationale américaine, mais ceux qui s’y fournissaient ont dû chercher ailleurs, asséchant ainsi les stocks de l’ensemble des sites de production. C’est ce qu’on appelle l’effet boule de neige.

"Le fournisseur d'Orly (Abax) n'est pas le même que celui de Roissy (Clariant). (...) Les entreprises disent qu'elles ne se fournissent pas auprès de l'entreprise en grève (...). Mais le fait que l'entreprise de Fos soit en grève a une répercussion indirecte", a souligné Bernard Cathelain, directeur général adjoint d'ADP. "Car ceux qui s'approvisionnaient chez elle, s'approvisionnent chez les fournisseurs disponibles. Cela participe donc à la pénurie générale", a-t-il ajouté.

Pas de rupture de stock

Selon ADP, aucune rupture de stock de glycol n'est à craindre vendredi à Roissy comme à Orly. "On est déjà en train de s'occuper de la réalimentation de demain", a déclaré le gestionnaire des plateformes parisiennes.

Le directeur exécutif d'Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon, a déploré vendredi les difficultés d'approvisionnement en glycol, liquide nécessaire pour le dégivrage des avions, rencontrées par Aéroports de Paris (ADP) à Roissy, estimant que c'était "peu admissible". "Il est surprenant et peu admissible qu'un aéroport tel que Roissy Charles-de-Gaulle ait ce problème d'approvisionnement. C'est un cas isolé en Europe", a-t-il déclaré.