Le "G20 des lycéens"

  • A
  • A
Le "G20 des lycéens"
Les élèves de six lycées de l'Académie de Nice ont participé à un concours pour tout savoir sur le G20. Le 3 novembre, c'est la finale.@ MAXPPP
Partagez sur :

REPORTAGE - Six lycées ont participé à un concours pour tout savoir sur le G20.

J-4 avant la grande finale du 3 novembre, jour de l’ouverture du sommet du G20 à Nice. Dirigeants des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), capitales, Opep et Otan, cela fait plusieurs mois que les professeurs de six lycées de Provence-Alpes-Côte d’Azur préparent leurs élèves. Il y a plusieurs semaines, ils ont organisé les éliminatoires de ce jeu-concours sur le G20.  

En plus des questions/réponses classiques, les élèves ont testé leurs connaissances en faisant un jeu de rôle. Chaque lycée devait se mettre dans la peau d’un des pays membres du G20 et proposer des solutions à un problème donné : nucléaire, guerre des monnaies, énergies renouvelables, etc…

"Ça m’a beaucoup appris"

Pierre-Louis vient du lycée Saint-Exupéry à Saint-Raphaël. Il a passé toutes les étapes du concours et attend dorénavant la finale. Pour lui, la participation à ce concours était une façon de "montrer aux autres élèves, aux professeurs que même si on n’a pas obligatoirement des bonnes notes en anglais et en maths, on peut être cultivé. Moi, ça m’intéresse, je vois ça comme de la culture, de comprendre le monde qui nous entoure".

"Il y avait plein de petites choses que je ne savais pas"

Laëtitia Pollet est la professeure d’économie de Pierre-Louis. Elle aussi n’a pas chômé depuis quelques mois, préparant comme il se doit ses élèves à ce "G20 des Lycéens". Elle a donc imaginé un grand nombre de questions, "qu’est-ce qu’est l’OPEP ? Quel est le rôle de l’Arabie Saoudite ? Quelle volonté a l’Arabie Saoudite quant à une baisse du dollar ?"  

Si elle a coaché ses élèves, Laëtitia Pollet explique également qu’ils lui ont appris un certain nombre de choses. Potasser pour le G20 des élèves a également permis à Laëtitia Pollet de renforcer ses connaissances : "il y avait plein de petites choses que je ne savais pas". Et pour les aider, elle assure avoir donné "zéro devoir" à ses élèves "afin qu’ils gagnent".