Le Dr Muller, un légiste aux assises

  • A
  • A
Le Dr Muller, un légiste aux assises
@ GOOGLE MAP
Partagez sur :

L’ex-médecin légiste est rejugé pour le meurtre de sa femme. Lui assure qu’elle s’est suicidée.

C’est un dossier vieux de 11 ans qui revient devant la cour d’assises du Haut-Rhin, à Colmar. Le Dr Jean-Louis Muller est un ancien médecin légiste condamné à 20 ans de prison en première instance pour le meurtre de son épouse. Depuis lundi matin, il comparaît de nouveau en appel. Arrivé au tribunal entouré de ses deux fils, il continue de clamer son innocence.

Un couple qui se déchirait

Le corps de Brigitte Muller, 42 ans, avait été retrouvé le 8 novembre 1999 dans le sous-sol sombre du domicile du couple, à Ingwiller, dans le Bas-Rhin. Une plaie béante à la tête et le 357 Magnum de son époux à ses pieds.

Dans un premier temps, l’instruction avait conclu au suicide. Mais les proches de Brigitte Muller avaient obtenu la réouverture du dossier. Le couple semblait, au moment du drame, sur le point d’imploser, Brigitte Muller ayant rencontré un nouvel ami. Contre l’avis du parquet, qui estimait que les charges étaient insuffisantes, le Dr Jean-Louis Muller avait finalement été renvoyé devant les assises.

Le scénario du "crime parfait"

La personnalité du Dr Muller, 54 ans, va être examinée à la loupe durant ce procès. Amateur d’armes à feu, auteur d’une thèse sur "les effets des projectiles de petit calibre", il était expert judiciaire au moment des faits. Les avocats des parties civiles assurent qu’il a pu utiliser ses connaissances de légiste pour maquiller le meurtre et tenter de réussir le "crime parfait".

Les avocats de la défense, dont le ténor du barreau Me Thierry Moser, mettent, eux, dans la balance une reconstitution officieuse qui, face aux divergences exprimées par les experts, accréditerait la thèse du suicide. Mais le juge d’instruction a toujours refusé d’en organiser une officiellement et la cour n'a pas voulu trancher la question lundi. Le premier sujet d'une âpre bataille à la barre.

Le procès doit durer jusqu’au 25 juin. Jean-Louis Muller encourt 30 ans de réclusion criminelle.